Albert GLATIGNY

Rondel

Mademoiselle ValentineA les yeux clairs et le teint blanc ;Comme un calice étincelant,Elle ouvre sa bouche enfantine. Le rondeau,

Lire la suite

Pantoum

Par les soirs où le ciel est pur et transparent,Que tes flots sont amers, noire mélancolie !Mon coeur est

Lire la suite

Le retour

C’est toi, chère exilée ! Oh ! Laisse que j’adoreTa figure divine où rayonne l’aurore,Ô république, amour vivace de

Lire la suite

Epitaphe

Que l’on m’enterre un matinDe soleil, pour que nul n’essuie,Suivant mon cortège incertain,De vent, de bourrasque ou de pluie.Car,

Lire la suite

Circé

… Mais je prendrais mon cour meurtri, mon coeur qui saigneEt je l’enfilerais, pareil à ceux qu’on voitGalamment transpercés

Lire la suite