Depuis le siècle de Pépin
Jusques à celui de la Fronde
On n’a rien vu de si poupin
Que cette belle vagabonde

Elle est aussi droite qu’un pieu
Plus pénétrante qu’une sonde
Plus savante qu’un Calepin
Et va la nuit comme une ronde.

Elle est douce comme un mouton
Dort l’hiver en drap de coton
Fixe au Marais son habitacle

Se contente le soir d’un poulet
Touche le luth, parle en oracle
Et siffle comme un flageolet !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on telegram
Share on whatsapp
Share on email

Découvrez d'autres poèmes...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.