Théophile GAUTIER

Une âme

C’était une âme neuve, une âme de créole,Toute de feu, cachant à ce monde frivoleCe qui fait le poète,

Lire la suite

Stances

Maintenant, dans la plaine ou bien dans la montagne,Chêne ou sapin, un arbre est en train de pousser,En France,

Lire la suite

Sérénade

Sur le balcon où tu te penchesJe veux monter… efforts perdus !Il est trop haut, et tes mains blanchesN’atteignent

Lire la suite

Séguidille

Un jupon serré sur les hanches,Un peigne énorme à son chignon,Jambe nerveuse et pied mignon,Oeil de feu, teint pâle

Lire la suite

Rondalla

Enfant aux airs d’impératrice,Colombe aux regards de faucon,Tu me hais, mais c’est mon caprice,De me planter sous ton balcon.

Lire la suite

Perspective

Sur le Guadalquivir, en sortant de Séville,Quand l’oeil à l’horizon se tourne avec regret,Les dômes, les clochers font comme

Lire la suite

Noël

Le ciel est noir, la terre est blanche ;– Cloches, carillonnez gaîment ! –Jésus est né ; – la

Lire la suite

Lied

Au mois d’avril, la terre est rose,Comme la jeunesse et l’amour ;Pucelle encore, à peine elle osePayer le Printemps

Lire la suite

L’horloge

Vulnerant omnes, ultima necat. La voiture fit halte à l’église d’Urrugne,Nom rauque, dont le son à la rime répugne,Mais

Lire la suite

L’Escurial

Posé comme un défi tout près d’une montagne,L’on aperçoit de loin dans la morne campagneLe sombre Escurial, à trois

Lire la suite

Les Néréides

J’ai dans ma chambre une aquarelleBizarre, et d’un peintre avec quiMètre et rime sont en querelle,– Théophile Kniatowski. Sur

Lire la suite

Le merle

Un oiseau siffle dans les branchesEt sautille gai, plein d’espoir,Sur les herbes, de givre blanches,En bottes jaunes, en frac

Lire la suite

Le chasseur

Je suis enfant de la montagne,Comme l’isard, comme l’aiglon ;Je ne descends dans la campagneQue pour ma poudre et

Lire la suite

L’aveugle

Un aveugle au coin d’une borne,Hagard comme au jour un hibou,Sur son flageolet, d’un air morne,Tâtonne en se trompant

Lire la suite

L’art

Oui, l’oeuvre sort plus belleD’une forme au travailRebelle,Vers, marbre, onyx, émail. Point de contraintes fausses !Mais que pour marcher

Lire la suite

Lamento

Connaissez-vous la blanche tombeOù flotte avec un son plaintifL’ombre d’un if ?Sur l’if, une pâle colombe,Triste et seule, au

Lire la suite

La source

Tout près du lac filtre une source,Entre deux pierres, dans un coin ;Allègrement l’eau prend sa courseComme pour s’en

Lire la suite

La rose-thé

La plus délicate des rosesEst, à coup sûr, la rose-thé.Son bouton aux feuilles mi-closesDe carmin à peine est teinté.

Lire la suite

La nue…

A l’horizon monte une nue,Sculptant sa forme dans l’azur :On dirait une vierge nueEmergeant d’un lac au flot pur.

Lire la suite

La montre

Deux fois je regarde ma montre,Et deux fois à mes yeux distraitsL’aiguille au même endroit se montre ;Il est

Lire la suite

La mansarde

Sur les tuiles où se hasardeLe chat guettant l’oiseau qui boit,De mon balcon une mansardeEntre deux tuyaux s’aperçoit. Pour

Lire la suite

La lune

Le soleil dit à la lune :” Que fais-tu sur l’horizon ?Il est bien tard, à la brune,Pour sortir

Lire la suite

La fellah

Caprice d’un pinceau fantasqueEt d’un impérial loisir,Votre fellah, sphinx qui se masque,Propose une énigme au désir. C’est une mode

Lire la suite

In Deserto

Les pitons des sierras, les dunes du désert,Où ne pousse jamais un seul brin d’herbe vert ;Les monts aux

Lire la suite

Fumée

Là-bas, sous les arbres s’abriteUne chaumière au dos bossu ;Le toit penche, le mur s’effrite,Le seuil de la porte

Lire la suite

Contralto

On voit dans le Musée antique,Sur un lit de marbre sculpté,Une statue énigmatiqueD’une inquiétante beauté. Est-ce un jeune homme

Lire la suite

Consolation

Ne sois pas étonné si la foule, ô poète,Dédaigne de gravir ton oeuvre jusqu’au faîte ;La foule est comme

Lire la suite

Caerulei oculi

Une femme mystérieuse,Dont la beauté trouble mes sens,Se tient debout, silencieuse,Au bord des flots retentissants. Ses yeux, où le

Lire la suite

Apollonie

J’aime ton nom d’Apollonie,Echo grec du sacré vallon,Qui, dans sa robuste harmonie,Te baptise soeur d’Apollon. Sur la lyre au

Lire la suite

Albertus, XLIV

Seul un homme debout auprès d’une colonne,Sans que ce grand fracas le dérange ou l’étonne,A la scène oubliée attachant

Lire la suite

Albertus, VII

Cette vieille sorcière habitait une hutte,Accroupie au penchant d’un maigre tertre, en butteL’été comme l’hiver au choc des quatre

Lire la suite

Albertus, IV

Dans ce bourg autrefois vivait, dit la chronique,Une méchante femme ayant nom Véronique ;Chacun la redoutait, et répétait tout

Lire la suite

Albertus, II

Confort et far-niente ! – toute une poésieDe calme et de bien-être, à donner fantaisieDe s’en aller là-bas être

Lire la suite

Albertus, I

Sur le bord d’un canal profond dont les eaux vertesDorment, de nénufars et de bateaux couvertes,Avec ses toits aigus,

Lire la suite

Albertus, CXII

Squelettes conservés dans les amphithéâtres,Animaux empaillés, monstres, foetus verdâtres,Tout humides encor de leur bain d’alcool,Culs-de-jatte, pieds-bots, montés sur des

Lire la suite

Albertus, CXI

Une flamme jetant une clarté bleuâtre,Comme celle du punch, éclairait le théâtre.– C’était un carrefour dans le milieu d’un

Lire la suite

Albertus, CX

Chauves-souris, hiboux, chouettes, vautours chauves,Grands-ducs, oiseaux de nuit aux yeux flambants et fauves,Monstres de toute espèce et qu’on ne

Lire la suite