René GHIL

Sonnet

Ma Triste, les oiseaux de rireMême l’été ne voient pasAu Mutisme de morts de glasQui vint aux grands rameaux

Lire la suite

Hymne de guerre

Menez-les, lesChevaux du vent du Sud, à la rivièreMenez-les !… Dans l’entame de leurs plaiesPareilles au sexe des vierges,

Lire la suite

Dire du mieux

Pour les Fagots du Four, antreclair-vespéralement qui se voûte d’ors, oùcuire l’éternel pain rondi, même lors qu’entrele rutilant soleil

Lire la suite

Dies Irae

Un soir l’Orgue d’église aux spasmes des ViolonsMontait loin sa douleur sourde en les râles longs :Voix de genèse,

Lire la suite