Jules BRETON

Tempête

L’orage s’ammoncèle et pèse sur la duneDont le flanc sablonneux se dresse comme un mur.Par instants, le soleil y

Lire la suite

Nocturne

À Gabriel Marc. La nuit se mêle encore à de vagues pâleurs ;L’étoile naît, jetant son reflet qui se

Lire la suite

Le soir

A Louis Cabat. C’est un humble fossé perdu sous le feuillage ;Les aunes du bosquet les couvrent à demi

Lire la suite

L’Artois

À José-Maria de Heredia. I J’aime mon vieil Artois aux plaines infinies,Champs perdus dans l’espace où s’opposent, mêlés,Poèmes de

Lire la suite

Automne

A Jules Dupré. La rivière s’écoule avec lenteur. Ses eauxMurmurent, près du bord, aux souches des vieux aulnesQui se

Lire la suite

Aurore

La glèbe, à son réveil, verte et toute mouillée,Autour du bourg couvert d’une épaisse feuilléeOù les toits assoupis fument

Lire la suite