François FABIE

Voix éteinte

Elle perdit d’abord et par degrés sa voixQu’elle avait chaude et grave, émue et pénétranteComme la voix du loriot

Lire la suite

Ma maison

Face au midi, bien adosséeA l’ancien étang féodalDont elle épaule la chaussée,Elle fut le moulin banal Où deux ou

Lire la suite

Les Genêts

Les genêts, doucement balancés par la brise,Sur les vastes plateaux font une boule d’or ;Et tandis que le pâtre

Lire la suite