Sur l’or

Vieux tyran, d’obscure naissance,Brillant et pâle séducteur,Subtil et volage enchanteur,Sujet de trouble et d’insolence ; Vaine idole, dont la puissanceSoustrait les coeurs au Créateur,Métal, de tant de maux l’auteur,Objet de crainte et d’espérance ; Or fatal, tu viens de l’Enfer,Pour nous faire un siècle de fer,Dans le riche siècle où nous sommes. Mais, ô vertu, […]

Sur l’homme – Petit monde

Portrait de la divine Essence,Incomparable bâtiment,Où l’Eternel, en le formant,Déploya sa toute-puissance ; Simple être, par ton existence,Plante, par ton accroissement,Animal, par ton sentiment,Ange, par ton intelligence ; Temple vivant, monde abrégé,Où le Créateur a logéTant de différentes images ; Chef-d’oeuvre, admirable et divers,Homme, rends à Dieu les hommagesDes êtres de tout l’Univers.

Sur les vents

Voix sans poumons, corps invisibles,Lutins volants, char des oiseaux,Vieux courriers, postillons nouveaux,Sur terre, et sur mer, si sensibles ; Doux médecins, bourreaux terribles,Maîtres de l’air, tyrans des eaux,Qui rendez aux craintifs vaisseauxLes ondes fières ou paisibles ; Vents, qui, dans un cours inconstant,Naissez et mourez, chaque instant,Mes jours ne sont qu’un vent qui passe Mon […]

Sur les pierres précieuses

Quoi, sort-il tant de feux, de rayons, de lumières,D’un si froid, si grossier, et si noir élément ?Et tant d’astres naissants dans ces sombres carrièresFont-ils donc de la terre un second firmament ? Minéraux éclatants, terrestres luminaires,Dont la tête des rois brille superbement,Je ne vous puis compter que pour des biens vulgaires,Et pour moi votre […]

Sur les éléments

Frères, de qui toujours la parfaite harmonieRègne, sans s’altérer, dans vos vieux différends ;Grands corps, de siècle en siècle, affermis en vos rangs,Dont tous les autres corps sentent la tyrannie ; Éléments séparés, dont la force est unie,Fixes, mouvants, légers, pesants, actifs, souffrants,Chauds, froids, humides, secs, obscurs et transparents,Qui marquez du grand Dieu la sagesse […]

Sur l’erreur

Monstre composé de ChimèresDont la sotte crédulité,L’artifice et la cruautéSont les compagnes ordinaires ; Tyran, qui sur tes tributairesDomines dans l’obscurité,Et, dans un palais enchanté,Ne les nourris que de vipères ; Antipode de la raison,Songe noir, fatale prison,De nos pères triste héritage ; Artisan de feux et de fers,Tu promets le Ciel en partage,Et tu […]

Sur l’Enfer

Juste Dieu, que l’Enfer est un gouffre effroyable !Ses ténèbres, ses feux, son soufre, ses tourments,Ses gênes, ses bourreaux, ses cris, ses hurlements,N’ont rien, dans l’univers, qui leur soit comparable. Là ronge incessamment le ver insatiable,Là l’on sent du remords les époinçonnements,Là sans pouvoir mourir l’on meurt à tous moments,Là l’éternité rend la peine épouvantable. […]

Sur le passage de la Mer Rouge

Sur ton Dieu, peuple saint, justement tu te fondes,Sa main, pour t’arracher à tes cruels bourreaux,Fendant pour toi la mer, écartant ses roseaux,Fait deux murs de cristal de ses eaux vagabondes. Les poissons, bondissant de leurs grottes profondes,Suspendus et fixés dans la glace des eaux,Semblent, d’un oeil jaloux, voir les hôtes nouveauxQui marchent à pied […]

Sur la mort – Remède

En tout tens, en tout lieu, sur la Terre et sur l’Eau,Ressouvien toy, Mortel, que tu dois te résoudreA voir, au premier Vent, éteindre ton Flambeau,Et que ton Vase d’or, doit enfin, se dissoudre. Jeune et vieus, riche et pauvre, est soumis au Tombeau ;Les Lauriers les plus vers sont sujets à la Foudre ;Ton […]

Sur la Mort – Assurance

Quel est ce Monstre horrible, et sans Chair, et sans Yeux,Qui d’une Faus armé, grans et petits menaceEt qui, d’un pié superbe, également terrasse,Et le riche, et le pauvre, et le jeune, et le vieus ? Chrétien, voy sans horreur cet objet odieus :Voy, sous son Masque affreus, de ton Sauveur la Face,Voy, dans sa […]

Sur la gloire du Paradis

Riches voûtes d’azur, flambeaux du firmament,Couronnes, dignités, grandeurs, pompe royale,Festins, concerts, parfums que l’Arabie exhale,Jardins, fleuves, palais bâtis superbement ; Soleil, du haut lambris le plus noble ornement,Perles, rubis, joyaux de l’Inde orientale,Trésors que l’Occident aujourd’hui nous étale,Éclatantes beautés de ce bas élément ; Objets les plus charmants de toute la nature,Venez ici m’aider à […]

Un soir de mai

Roulez, élégantes calèches !…En avant, coursiers, en avant !…Ceintures légères et fraîches,Flottez au vent ! Du jour qui meurt la lumière abaisséeJoue entre les rameaux,Dore les troncs, et serpente, brisée,Sur l’herbe, en longs réseaux… Silence ! amants, silence !…Le vent du soir balanceLe chèvrefeuille en fleur :Le bois est déjà sombre…Ne confiez qu’à l’ombreVos soupirs […]

Premier chagrin

Le bassin est uni : sur son onde limpidePas un souffle de vent ne soulève une ride ;Au lever du soleil, chaque flot argentéCourt, par un autre flot sans cesse reflété ;Il répète ses fleurs, comme un miroir fidèle ;Mais la pointe des joncs sur la rive a tremblé…Près du bord, qu’elle rase, a crié […]

L’Inconnue

C’était un soir que tout brillait de feux ;Un soir qu’éclatant de lumières,Tivoli lassait les paupièresDe mille curieux. Là, des bosquets blanchis ; là, des masses plus sombres ;Des soleils de cristal, des jours brusques, des ombresQui s’allongent sur le gazon ;Aux branches des ormeaux des lampes suspendues ;Des nacelles dans l’air ; d’innombrables statuesEt […]

Le sylphe

L’aile ternie et de rosée humide,Sylphe inconnu, parmi les fleurs couché,Sous une feuille, invisible et timide,J’aime à rester caché. Le vent du soir me berce dans les roses ;Mais quand la nuit abandonne les cieux,Au jour ardent mes paupière sont closes :Le jour blesse mes yeux. Pauvre lutin, papillon éphémère,Ma vie, à moi, c’est mon […]

Bergeronette

Pauvre petit oiseau des champs,Inconstante bergeronnette.Qui voltiges, vive et coquette,Et qui siffles tes jolis chants ; Bergeronnette si gentille,Qui tournes autour du troupeau.Par les prés sautille, sautille,Et mire-toi dans le ruisseau ! Vas, dans tes gracieux caprices,Becqueter la pointe des fleurs,Ou poursuivre, au pied des génisses,Les mouches aux vives couleurs. Reprends tes jeux, bergeronnette,Bergeronnette au […]

De Fontainebleau

Par les sablons, par les roches désertes,Dont les os durs ces châteaux ont murés,Par les hautes étables vertesDes cerfs, du vilain assurés,Maigre, ennuyé, lassé, me repromène,Chargé du soin qu’à nos Dieppois je doi,Mais, surtout, me poise la peineD’être, Sibille, loin de toi.Ni les jardins, ni la fontaine vive,Nommant ce lieu du nom de sa belle […]

Les étoiles éteintes

… A l’heure où sur la mer le soir silencieuxEfface les lointaines voiles,Où, lente, se déploie, en marche dans les cieux,L’armée immense des étoiles, Ne songes-tu jamais que ce clair firmament,Comme la mer a ses désastres ?Que, vaisseaux envahis par l’ombre, à tout momentNaufragent et meurent des astres ? […]

Sur l’oracle de Pan

Sainct Remy qui premier imposa la couronneAux Rois Chrestiens François, et vous leur successeurEn son huictiéme mois vous ramenant vainqueur,L’an huictiéme ensuivant plus grand heur vous ordonne.. Tous nombres sont divins, mais Christ pour sa personneLe huict s’est reservé : et la Sibylle autheur,Huict cens octante huict faict en Grec le SAUVEUR,Comme le nombre et […]

Sur le nom de la Royne

Tourné par Jehan DoratPoëte du Roy. Riche fuz de beaulté qu’en toy mict la natureQuant entre mille fleurs ung roy ta fleur cuillitPour anter à son lis qui en toy refloritEn plusieurs aultres lys ayantz ta portraicture. Riche fuz de tous biens en jeune nourriture,Plus riche fuz apres ayant eu ce bonheurD’estre Royne de France, […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 9

Apres jô chanté tant de Paix que Victoire,J’entens un Hymenée hault et cler entonné :Comme si Juppiter avoit du ciel tonné,Approuvant quelque accord par son signe notoire. Seroit ce point le chant des filles de Memoire,Qui pour le mariage à CHARLES ordonné,S’aprestent à chanter un Hymen fredonnéSur les cordes d’argent et sur le luth d’yvoire […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 8

Pour bien chanter de Paix et dire ses louangesAucun esprit ou voix humaine ne suffit :Il nous faut rechanter ce que naissant le Christ,Ce tresgrand Roy de Paix, chantoient au ciel les Anges. Gloire soit au plus hault par les chans des ArchangesAu Dieu seul, qui jadis et ciel et terre feit :Mais soit en […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 7

Pour bien contrepoiser d’une juste balanceEt la guerre et la Paix, et clerement sçavoirPour laquelle des deux en son pais avoir,Doibt le plus prier Dieu tout le peuple de France : Il est bon contempler des Perses la prudence ;Lesquelz ayans perdu de leur Roy le pouvoir,Sans loy, sans magistrat, qui à eulx peut pourvoir,Demeuroient […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 6

D’un chesne Jovial t’est deüe la couronne :Car comme Juppiter est le plus grand des Dieux,Tu es tout le plus grand entre les demidieux,La main duquel la vie à tant de peuple donne : Digne tu es aussy qu’un laurier t’environne,Comme au Dieu Apollon, le front victorieux,Qui trois fois dans un an, heureux, as vaincu […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 5

D’aultant que nostre esprit qui toutes choses domte,Est plus noble et divin que n’est le corps humain :D’aultant force de corps et de pied et de main.A force d’esprit cede, et de ceder n’a honte. Et d’aultant que l’esprit en nous le corps surmonte,Et plus au pris de Dieu tout nostre esprit est vain :Qui […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 4

Pour monstrer que conseil sert beaucoup plus que force,Homere nous en donne un exemple parfaict :Si d’Achille et d’Ulysse on contemple le faict,Retirant un vray sens de fabuleuse escorce. L’amour de son pais fut pour mourir amorceA l’Achille vaillant, car jeune il fut defaictAvant que de Paris la vengeance il eust faict,Lequel donna d’un traict […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 3

Ce que force ne peult par main forte parfaire,Prudence le parfaict par un sage conseil :Qui comme tout le corps est guidé par son oeil,Ainsi du corps public doibt conduire l’affaire. La guerre et les guerriers en dix ans n’ont sceu faireAians faict trebucher tant de gens au cercueil,Que tout le peuple en ung recongneust […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 2

Qu’est il besoing de tant la Paix crierPar les cantons des villes et villettes ?Qu’est il besoing d’huissiers ne de trompettesPour la Paix faicte en France publier ? Il vaudroit mieux, en criant, Dieu prierQu’il la gardast de troubles inquietes ;Il vaudroit mieux en chantant chansonnettes,Vive le Roy porte-paix, s’escrier. Sans autre bruit assez est […]

Sur la louange de la Paix – Sonnet 1

Celuy est sans parens, sans famille, sans loix,(Dit Homere) lequel en son pais desire,Discord civil regner, un des discords le pire,Horrible à toutes gens, mesmement aux Gaulois. Les Gaulois ont senty n’agueres par trois fois,Que c’est que de troubler un pacificq’ empire :Mais voiant que le mal de jour en jour empire,CHARLES y a pourveu, […]

Presage de J. Dorat, poëte du Roy

Presenté à Sa Majesté pour estrenne,à Saint Maur, le jour des Roys 1569. CHARLES ce fut, le premier de ce nom,(Celuy qu’on dict le Grand en son surnom)Qui France fit plus grande qu’ell’ fut oncques,Luy estant Roy : ny autre Roy quelconquesDepuis son temps, autant ne l’embellit,De Loix, d’Autels, d’Ars, d’Armes que le dictCHARLES premier. […]

Epithalame ou chant nuptial

Sur le Mariage de tres-illustres Prince et Princesse HENRI DE LORRAINE DUC DE GUYSEETCATARINE DE CLEVES CONTESSE D’EU. A TRES-ILLUSTRES PRINCE ET PRINCESSE ESPOUSEZ. Heureux les Rois que Dieu tant favorise,Qu’il les eslit pour sa France regir,Tels qu’il luy plaist, de pere en fils choisir,Tous tres-chrestiens et maintenans l’Eglise. C’est pourquoy Dieu luy-mesme les baptiseEt […]

Au Roy

Le grand moteur du tout, meut le ciel qui ne erre,Le ciel meut les esprits, et les terrestres corps,Mais il meut de plus prés, et plus exprés efortsLes plus prochains de foy, et plus loing de la terre. Il meut le coeur des Roys à faire paix ou guerre,Enfans ainez de Dieu, apres Dieu les […]

A messieurs du Conseil

Prothee tel qu’a feint le vieux poëte HomereQui en plusieurs façons se souloit varierNe s’eust laissé dormant par Atride atraperSans l’advertissement d’Idothe debonnaire. Et n’eust du Dieu marin tiré responce vainePour se pouvoir sauver et les compagnons siens :Mais miserable moy qui par dommages miensPreuve la fiction d’Homere trescertaine. Tresorier m’est Prothee ou plus que […]

L’étincelle

Donne-moi, ma belle maîtresse,Donne-moi, disais-je, un baiser,Doux, amoureux, plein de tendresse…Tu n’osas me le refuser :Mais que mon bonheur fut rapide !Ta bouche à peine, souviens-t-en,Eut effleuré ma bouche avide,Elle s’en détache à l’instant.Ainsi s’exhale une étincelle.Oui, plus que Tantale agité,Je vois, comme une onde infidèle,Fuir le bien qui m’est présenté.Ton baiser m’échappe, cruelle !Le […]

Les baisers comptés

Sous ces tilleuls qui nous prêtent leur ombre,Tu me promis cent baisers l’autre jour ;Tu me les a donnés, mais sans passer leur nombre,Eh ! Quel nombre, dis moi, peut suffire à l’amour ?Lorsque Cérès enrichit la nature,Sait-elle donc, trop avare Thaïs,Le compte de tous les épisDont elle orne sa chevelure ?Flore au hasard va […]

Le désir

Ode anacréontique Souffle divin, puissant moteur,Dont les impressions soudainesFont couler le feu dans nos veines,Et le plaisir dans notre coeur : Désir, j’adore ton ivresse,Tes traits rapides et brûlants,Et tes impétueux élans,Et ta langueur enchanteresse… Vents, taisez-vous, faunes ardentsCessez votre lutte amoureuse :Du sein de la dryade heureusePrêtez l’oreille à ses accents. Il naît, il […]

Le baiser du matin

Les étoiles brillaient encore :A peine un jour faible et douteuxOuvre la paupière de Flore,Qui, dans ses bras voluptueux,Retient l’inconstant qu’elle adore.Le souffle humide d’un vent fraisEffleure les airs qu’il épure,Soupire à travers ces bosquets,Et vient hâter par son murmureLe chant des hôtes des forêtsEt le réveil de la nature.Tu goûtais un profond repos,Après une […]

La réserve

Quand neuf baisers m’auront été promis,Ne m’en donne que huit, et malgré ta promesse,Soudain, échappe, ma Thaïs.En la trompant, augmente mon ivresse :Cours te cacher derrière tes rideaux,Dans ton alcôve, asyle du mystère,Sous l’ombrage de tes berceaux ;Fuis, reparais, et ris de ma colère.De berceaux en berceaux, de réduit en réduit,J’épierai de tes pas la […]

La convention

Oui ; de ta bouche enfantineDonne-moi dans ces vergersAutant de furtifs baisersQu’Ovide en prit à Corine ;Autant (je n’en veux pas plus)Qu’il naît d’amours sur tes traces,Qu’on voit jouer de VénusEt de beautés et de grâces,Sur ton sein, entre tes bras,Dans ton délicat sourire,Dans tout ce que tu sais dire,…Et ce que tu ne dis […]

Hymne au baiser

Don céleste, volupté pure,De l’univers moteur secret,Doux aiguillon de la nature,Et son plus invincible attrait,Éclair, qui, brûlant ce qu’il touche,Par l’heureux signal de la bouche,Avertit tous les autres sens ;Viens jouer autour de ma lyre ;Qu’on reconnaisse ton délireÀ la chaleur de mes accens. Tu vas sur tes sujets fidèlesDispersant des flèches de feu :Tu […]

Cantique d’Etienne Dolet

Prisonnier en la Conciergerie de Paris, l’an 1546,sur la déclaration et sur la consolation. Si au besoin le monde m’abandonneEt si de Dieu la volonté n’ordonneQue libertés encores on me donneSelon mon veuil. Dois-je en mon coeur pour cela mener deuilEt de regrets faire amas et recueil ?Non pour certain, mais au ciel lever l’oeilSans […]

Soir d’octobre !

A Catulle Mendès. Un long frisson descend des coteaux aux vallées ;Des coteaux et des bois, dans la plaine et les champs,Le frisson de la nuit passe vers les allées.– Oh ! l’angelus du soir dans les soleils couchants ! –Sous une haleine froide au loin meurent les chants,Les rires et les chants dans les […]

Salvator Rosa

Qu’avais-tu dans l’esprit, maître à la brosse ardente,Pour que sous ton pinceau la nature en fureurSemble jeter au ciel une insulte stridente,Ou frémir dans l’effroi de sa sinistre horreur ? Pourquoi dédaignais-tu les calmes paysagesDans la lumière au loin ourlant leurs horizons,Les lacs d’azur limpide, et sur de frais visagesL’ombre du vert printemps qui fleurit […]

Saisons brouillées

Quand naissent les fleurs au chant des oiseauxTon étrange voix gravement résonne,Et comme aux échos des forêts d’automneUn pressentiment court jusqu’en mes os. Quand l’or des moissons mûrit sous la flamme,Ton lointain sourire à peine tracéMe pénètre ainsi qu’un brouillard glacé.L’hiver boréal envahit mon âme. Quand saignent au soir les bois dépouillés,L’odeur de ta main […]

Révolte

Car les bois ont aussi leurs jours d’ennui hautain ;Et, las de tordre au vent leurs grands bras séculaires ;S’enveloppent alors d’immobiles colères ;Et leur mépris muet insulte leur destin. Ni chevreuils, ni ramiers chanteurs, ni sources claires.La forêt ne veut plus sourire au vieux matin,Et, refoulant la vie aux plaines du lointain,Semble arborer l’orgueil […]

Prologue

J’ai détourné mes yeux de l’homme et de la vie,Et mon âme a rôdé sous l’herbe des tombeaux.J’ai détrompé mon coeur de toute humaine envie,Et je l’ai dispersé dans les bois par lambeaux. J’ai voulu vivre sourd aux voix des multitudes,Comme un aïeul couvert de silence et de nuit,Et pareil aux sentiers qui vont aux […]

Obsession

Beaux yeux, charmeurs savants, flambeaux de notre vie,Parfum, grâce, front pur, bouche toujours ravie,Ô vous, tout ce qu’on aime ! ô vous, tout ce qui part !Non, rien ne meurt de vous pour l’âme inassouvieQuand vous laissez la nuit refermer son rempartSur l’idéal perdu qui va luire autre part. Beaux yeux, charmeurs savants, clairs flambeaux […]

L’orgueil

Monts superbes, dressez vos pics inaccessiblesSur le cirque brumeux où plongent vos flancs verts !Métaux, dans le regret des chaleurs impossibles,Durcissez-vous au fond des volcans entr’ouverts ! – Hérisse, amer orgueil, ta muraille rigideSur le coeur que des yeux de femme ont perforé !Désirs inassouvis, sous cette fière égide,Mornes, endormez-vous dans le sommeil sacré ! […]

L’oeil

Sous l’épais treillis des feuilles tremblantes,Au plus noir du bois la lune descend ;Et des troncs moussus aux cimes des plantes,Son regard fluide et phosphorescentFait trembler aux bords des corolles closesLes larmes des choses. Lorsque l’homme oublie au fond du sommeil,La vie éternelle est dans les bois sombres ;Dans les taillis veufs du brûlant soleilSous […]

L’invisible lien

L’invisible lien, partout dans la nature,Va des sens à l’esprit et des âmes aux corps ;Le choeur universel veut de la créatureLe soupir des vaincus ou l’insulte des forts. L’invisible lien va des êtres aux choses,Unissant à jamais ces ennemis mortels,Qui, dans l’anxiété de leurs métamorphoses,S’observent de regards craintifs ou solennels. L’invisible lien, dans les […]

Les rythmes

Rythme des robes fascinantes,Qui vont traînantes,Balayant les parfums au vent,Ou qu’au-dessus des jupes blanchesUn pas savantBalance et gonfle autour des hanches ! Arbres bercés d’un souffle fraisDans les forêts,Où, ruisselant des palmes lisses,Tombent des pleurs cristallisésDans les calicesRoses encor de longs baisers ! Soupir des mers impérissable,Qui sur le sable,Dans l’écume et dans les flots […]

Les nuages

Couché sur le dos, dans le vert gazon,Je me baigne d’ombre et de quiétude.Mes yeux ont enfin perdu l’habitudeDu spectacle humain qui clôt la prisonDu vieil horizon. Là-bas, sur mon front passent les nuages.Qu’ils sont beaux, mon âme ! et qu’ils sont légers,Ces lointains amis des calmes bergers !S’en vont-ils portant de divins messages,Ces blancs […]

Les cygnes

Sous des massifs touffus, au fond désert du parc,La colonnade antique arrondissant son arc,Dans une eau sombre encore à moitié se profile ;Et la fleur que le pampre ou que le lierre exileParfois brille furtive aux creux des chapiteaux.L’eau sommeille ; une mousse y fait de sourds cristaux.A peine un coin du ciel en éclaircit […]

Le vieux solitaire

Je suis tel qu’un ponton sans vergues et sans mâts,Aventureux débris des trombes tropicales,Et qui flotte, roulant des lingots dans ses cales,Sur une mer sans borne et sous de froids climats. Les vents sifflaient jadis dans ses raille poulies.Vaisseau désemparé qui ne gouverne plus,Il roule, vain jouet du flux et du reflux,L’ancien explorateur des vertes […]

Le remous

Tout se tait maintenant dans la ville. Les ruesNe retentissent plus sous les lourds tombereaux.Le gain du jour compté, victimes et bourreauxS’endorment en rêvant aux richesses accrues ;Plus de lampe qui luise à travers les carreaux. Tous dorment en rêvant aux richesses lointaines.On n’entend plus tinter le métal des comptoirs ;Parfois, dans le silence, un […]

Le mancenillier

La jeunesse est un arbre aux larges frondaisons,Mancenillier vivace aux fruits inaccessibles ;Notre âme et notre coeur sont les vibrantes ciblesDe ces rameaux aigus d’où suintent les poisons. Ô feuilles, dont la sève est notre sang ! MirageMasquant le ciel menteur des jours qui ne sont plus !Ironiques espoirs qui croissez plus touffus !Tous nos […]

Lazare

… Et Lazare à la voix de Jésus s’éveillaLivide, il se dressa d’un bond dans les ténèbres ;Il sortit, trébuchant dans ses liens funèbres ;Puis, tout droit devant lui, grave et seul, s’en alla. Seul et grave, il marcha depuis lors dans la ville,Comme y cherchant quelqu’un qu’il ne retrouvait pas,Et se heurtant partout, à […]

L’Amour en fraude

J’ai vu passer, l’autre matin,Un jeune Dieu dans la prairie ;Sous un costume de féerieIl sautillait comme un lutin. Tout perlé d’or et d’émeraude,Sans arc, sans flèche et sans carquois,En chantonnant des vers narquois,Il s’en allait comme en maraude. Il redonnait, à chaque bond,L’onde aux ruisseaux, des fleurs aux rives,Des alouettes et des grivesAu saule […]

La vision d’Eve

… Soleil du jardin chaste ! Ève aux longs cheveux d’or !Toi qui fus le péché, toi qui feras la gloire !Toi, l’éternel soupir que nous poussons encor !Ineffable calice où la douleur vient boire ! Ô Femme ! qui, sachant porter un ciel en toi,À celui qui perdait l’autre ciel, en échange,Offris tout, ta […]

La prison

Comme les hauts piliers des vieilles cathédrales,Ô rêves de mon coeur, vous montez ! Et je voisL’ancien encens encore endormir ses spiralesA l’ombre de vos nefs, ô rêves d’autrefois ! Comme un orgue dompté par des mains magistrales,Ô ma longue douleur ! Je t’écoute ; et ta voixMurmure encor l’écho des plaintes et des râlesQue […]

La prière d’Adam

Songe horrible ! – la foule innombrable des âmesM’entourait. Immobile et muet, devant nous,Beau comme un dieu, mais triste et pliant les genoux,L’ancêtre restait loin des hommes et des femmes. Et le rayonnement de sa mâle beauté,Sa force, son orgueil, son remords, tout son être,Forme du premier rêve où s’admira son maître,S’illuminait du sceau de […]

La nuit de juin

A J-M De Heredia. La nuit glisse à pas lents sous les feuillages lourds ;Sur les nappes d’eau morte aux reflets métalliques,Ce soir traîne là-bas sa robe de velours ;Et du riche tapis des fleurs mélancoliques,Vers les massifs baignés d’une fine vapeur,Partent de chauds parfums dans l’air pris de torpeur.Avec l’obsession rythmique de la houle,Tout […]

Journée d’hiver

Nul rayon, ce matin, n’a pénétré la brume,Et le lâche soleil est monté sans rien voir.Aujourd’hui dans mes yeux nul désir ne s’allume ;Songe au présent, mon âme, et cesse de vouloir. Le vieil astre s’éteint comme un bloc sur l’enclume,Et rien n’a rejailli sur les rideaux du soir.Je sombre tout entier dans ma propre […]

Flots des mers

A Émile Bergerat. Flots qui portiez la vie au seuil obscur des temps,Qui la roulez toujours en embryons flottantsDans le flux et reflux du primitif servage,Eternels escadrons cabrés sur un rivageOu contre un roc, l’écume au poitrail, flots des mers,Que vos bruits et leur rythme immortel me sont chers !Partout où recouvrant récifs, galets de […]

En chemin

Les dieux sont muets, et la vie est triste.Pour nous mordre au coeur, les crocs hérissés,Un noir lévrier nous suit à la piste.Sur les fronts pâlis, sous les yeux baissés,Dans les carrefours que la foule obstrue,Parmi les chansons, les bruits de la rue,Dans les yeux éteints, sur les fronts penchés,Je cherche et je trouve une […]

Chanson

Le ciel est loin ; les dieux sont sourds.Mais nos âmes sont immortelles !La terre s’ouvre ; où s’en vont-elles ?Souffrirons-nous encor, toujours ? L’amour est doux ; l’amour s’émousse.Un serment, combien dure-t-il ?Le coeur est faux, l’ennui, subtil.Sur la tombe en paix croît la mousse ! La vie est courte et le jour long.Mais […]

Ce soir

Comme à travers un triple et magique bandeau,– Ô nuit ! ô solitude ! ô silence ! – mon âmeA travers vous, ce soir, près du foyer sans flamme,Regarde par delà les portes du tombeau. Ce soir, plein de l’horreur d’un vaincu qu’on assaille,Je sens les morts chéris surgir autour de moi.Leurs yeux, comme pour […]

Au jardin

Le soir fait palpiter plus mollement les plantesAutour d’un groupe assis de femmes indolentesDont les robes, qu’on prend pour d’amples floraisons,A leur blanche harmonie éclairent les gazons.Une ombre par degrés baigne ces formes vagues ;Et sur les bracelets, les colliers et les bagues,Qui chargent les poignets, les poitrines, les doigts,Avec le luxe lourd des femmes […]

Détresse

Seigneur ! je suis sans pain, sans rêve et sans demeure.Les hommes m’ont chassé parce que je suis nu,Et ces frères en vous ne m’ont pas reconnuParce que je suis pâle et parce que je pleure. Je les aime pourtant comme c’était écritEt j’ai connu par eux que la vie est amère,Puisqu’il n’est pas de […]

Vous n’aimez rien que vous, de vous-même maîtresse

Vous n’aimez rien que vous, de vous-même maîtresse,Toute perfection en vous seule admirant,En vous votre désir commence et va mourant,Et l’amour seulement pour vous-même vous blesse. Franche et libre de soin, votre belle jeunesseD’un oeil cruel et beau mainte flamme tirant,Brûle cent mille esprits qui votre aide implorantN’éprouvent que fierté, mépris, haine et rudesse. De […]

Vos yeux, belle Diane, ont autant de puissance

Vos yeux, belle Diane, ont autant de puissanceQu’une arquebuse à roue, et vos sourcils voûtés,Ce sont deux arcs turquois, qui rendent surmontésLes coeurs qui pensent plus faire de résistance, Votre front c’est le marbre, où l’archer qui m’offenseAiguise à mon malheur ses traits de tous côtés,Votre chaste estomac, le séjour des beautés,La prison qui me […]

Un ivoire vivant, une neige animée

Un ivoire vivant, une neige animée,Fait que mon oeil ravi ne s’en peut retirer.Ô main victorieuse, apprise à bien tirer,Que tu m’as de beaux traits la poitrine entamée ! Aux célestes beautés mon âme accoutuméeNe trouve objet que toi qui la puisse attirer,Et croit qu’elle te peut sans offense adorer,Tant elle est de ta glace […]

Sur les abymes creux des fondements poser

Sur les abymes creux des fondements poserDe la terre pesante, immobile et féconde,Semer d’astres le Ciel, d’un mot créer le monde,La mer, les vents, la foudre à son gré maîtriser. De contrariétez tant d’accords composer,La matière difforme orner de forme ronde,Et par ta prévoyance en merveilles profonde,Voir tout, conduire tout, et de tout disposer. Seigneur, […]

Sonnet spirituel (XVIII)

Je regrette en pleurant les jours mal employezA suivre une beauté passagere et muable,Sans m’eslever au ciel et laisser memorableMaint haut et digne exemple aux esprits devoyez. Toi qui dans ton pur sang nos mesfaits as noyez,Juge doux, benin pere et sauveur pitoyable,Las ! releve, ô Seigneur ! un pecheur miserable,Par qui ces vrais soupirs […]

Sommeil, paisible fils de la Nuit solitaire

Sommeil, paisible fils de la Nuit solitaire,Père alme, nourricier de tous les animaux,Enchanteur gracieux, doux oubli de nos maux,Et des esprits blessés l’appareil salutaire : Dieu favorable à tous, pourquoi m’es-tu contraire ?Pourquoi suis-je tout seul rechargé de travaux,Or que l’humide nuit guide ses noirs chevaux,Et que chacun jouit de ta grâce ordinaire ? Ton […]

Solitaire et pensif, dans un bois écarté

Solitaire et pensif, dans un bois écarté,Bien loin du populaire et de la tourbe épaisse,Je veux bâtir un temple à ma fière déesse,Pour apprendre mes voeux à sa divinité. Là, de jour et de nuit, par moi sera chantéLe pouvoir de ses yeux, sa gloire et sa hautesse,Et, dévot, son beau nom j’invoquerai sans cesse,Quand […]

S’il est vrai que le ciel ait sa course éternelle

S’il est vrai que le ciel ait sa course éternelle,Que l’air soit inconstant, la mer sans fermeté,Que la terre en hiver ne ressemble à l’été,Et que pour varier la nature soit belle ; S’il est vrai que l’esprit d’origine immortelle,Cherchant toujours d’apprendre, aime la nouveauté,Et si même le corps, pour durer en santé,Change avec les […]

Si la vierge Erigone, Andromède, et Cythère

Si la vierge Erigone, Andromède, et Cythère,Astres pleins d’amitié, bénins et gracieux,Font le ciel plus aimable, et l’embellissent mieuxQue le noir Scorpion, l’Hydre et le Sagittaire, Pourquoi ne changez-vous ce courage adversaire ?Pourquoi ne sont plus doux vos propos et vos yeux ?Pourquoi vous adorant m’êtes-vous si contraire ?Pourquoi me rendez-vous malade et furieux ? […]

Si la loi des amours saintement nous assemble

Si la loi des amours saintement nous assemble,Avec un seul esprit nous faisant respirer,L’outrage du malheur se peut-il endurer,Qui si cruellement nous arrache d’ensemble ? Je ne vous vois jamais, mon coeur, que je ne tremble,Appréhendant l’effort qui nous doit séparer :Et n’ose bien souvent vos regards désirer,Tant l’éclipse qui suit ténébreuse me semble ! […]

Si la foi plus certaine en une âme non feinte

Si la foi plus certaine en une âme non feinte,Un honnête désir, un doux languissement,Une erreur variable et sentir vivement,Avec peur d’en guérir, une profonde atteinte ; Si voir une pensée au front toute dépeinte,Une voix empêchée, un morne étonnement,De honte ou de frayeur naissant soudainement,Une pâle couleur de lis et d’amour teinte : Bref, […]

Rosette, pour un peu d’absence

Rosette, pour un peu d’absence,Votre coeur vous avez changé,Et moi, sachant cette inconstance,Le mien autre part j’ai rangé :Jamais plus, beauté si légèreSur moi tant de pouvoir n’auraNous verrons, volage bergère,Qui premier s’en repentira. Tandis qu’en pleurs je me consume,Maudissant cet éloignement,Vous qui n’aimez que par coutume,Caressiez un nouvel amant.Jamais légère girouetteAu vent si tôt […]

Qu’on m’arrache le coeur, qu’on me fasse endurer

Qu’on m’arrache le coeur, qu’on me fasse endurerLe feu, le fer, la roue, et tout autre supplice,Que l’ire des tyrans dessus moi s’assouvisse,Je pourrai tout souffrir sans gémir ni pleurer. Mais qu’on veuille en vivant de moi me séparer,M’ôter ma propre forme, et par tant d’injusticeVouloir que sans mourir de vous je me bannisse,On ne […]

Que vous m’allez tourmentant

Que vous m’allez tourmentantDe m’estimer infidèle !Non, vous n’êtes point plus belleQue je suis ferme et constant. Pour bien voir quelle est ma foi,Regardez-moi dans votre âme :C’est comme j’en fais, Madame ;Dans la mienne je vous vois. Si vous pensez me changer,Ce miroir me le rapporte ;Voyez donc, de même sorte,En vous, si je […]

Que servirait nier chose si reconnue ?

Que servirait nier chose si reconnue ?Je l’avoue, il est vrai, mon amour diminue,Non pour objet nouveau qui me donne la loi,Mais c’est que vos façons sont trop froides pour moi.Vous avez trop d’égard, de conseil de sagesse,Mon humeur n’est pas propre à si tiède maîtresse.Je suis impatient, aveugle et furieux.Pour aimer comme moi, trop […]

Quand quelquefois je pense à ma première vie

Quand quelquefois je pense à ma première vieDu temps que je vivais seul roi de mon désir,Et que mon âme libre errait à son plaisir,Franche d’espoir, de crainte, et d’amoureuse envie : Je verse de mes yeux une angoisseuse pluie,Et sens qu’un fier regret mon esprit vient saisir,Maudissant le destin qui m’a fait vous choisir,Pour […]

Quand nous aurons passé l’Infernale rivière

Quand nous aurons passé l’Infernale rivière,Vous et moy pour nos maux damnez aux plus bas lieux,Moy pour avoir sans cesse idolâtré vos yeuxVous pour être à grand tort de mon coeur la meurtrière. Si je puis toujours voir votre belle lumière,Les éternelles nuits, les regrets furieuxN’étonneront mon âme, et l’Enfer odieuxN’aura point de douleur qui […]

Quand je pouvais me plaindre en l’amoureux tourment

Quand je pouvais me plaindre en l’amoureux tourment,Donnant air à la flamme en ma poitrine enclose,Je vivais trop heureux ; las ! maintenant je n’oseAlléger ma douleur d’un soupir seulement. C’est me poursuivre, Amour, trop rigoureusement !J’aime, et je suis contraint de feindre une autre chose,Au fort de mes travaux je dis que je repose,Et […]

Quand j’approche de vous, et que je prends l’audace

Quand j’approche de vous, et que je prends l’audaceDe regarder vos yeux, rois de ma liberté,Une ardeur me saisit, je suis tout agité,Et mille feux ardents en mon coeur prennent place. Hélas ! pour mon salut que faut-il que je fasse,Sinon vous éloigner contre ma volonté ?Je le fais ; toutefois, je n’en suis mieux […]

Prière au sommeil

Somme, doux repos de nos yeux.Aimé des hommes et des dieux,Fils de la Nuit et du Silence,Qui peux les esprits délier,Qui fais les soucis oublier,Endormant toute violence. Approche, ô Sommeil désiré !Las ! c’est trop longtemps demeuré :La nuit est à demi passée,Et je suis encore attendantQue tu chasses le soin mordant,Hôte importum de ma […]

Pourquoi si follement croyez-vous à un verre

Pourquoi si follement croyez-vous à un verre,Voulant voir les beautés que vous avez des cieux ?Mirez-vous dessus moi pour les connaître mieux,Et voyez de quels traits votre bel oeil m’enferre. Un vieux chêne ou un pin renversés contre terreMontrent combien le vent est grand et furieux,Aussi vous connaîtrez le pouvoir de vos yeux,Voyant par quels […]

Ô Songe heureux et doux ! où fuis-tu si soudain

Ô Songe heureux et doux ! où fuis-tu si soudain,Laissant à ton départ mon âme désolée ?Ô douce vision, las ! où es-tu volée,Me rendant de tristesse et d’angoisse si plein ? Hélas ! Somme trompeur, que tu m’es inhumain !Que n’as-tu plus longtemps, ma paupière sillée ?Que n’avez-vous encore, ô vous, troupe étoilée,Empêché le […]

Ô mon coeur plein d’ennuis, que trop prompt j’arraché

Ô mon coeur plein d’ennuis, que trop prompt j’arrachéPour immoler à une, hélas ! qui n’en fait conté !Ô mes vers douloureux, les courriers de ma honte,Dont le cruel Amour ne fut jamais touché ! Ô mon teint pâlissant, devant l’âge séchéPar la froide rigueur de celle qui me dompte !Ô désirs trop ardents d’une […]

Ô bien heureux qui peut passer sa vie

Ô bien heureux qui peut passer sa vieEntre les siens franc de haine et d’envie,Parmi les champs, les forêts et les bois,Loin du tumulte et du bruit populaire,Et qui ne vend sa liberté pour plaireAux passions des princes et des rois ! Il n’a souci d’une chose incertaine;Il ne se plaît d’une espérance vaine ;Nulle […]

Nuict, mere des soucis, cruelle aux affligez

Nuict, mere des soucis, cruelle aux affligez,Qui fait que la douleur plus poignante est sentie,Pource que l’ame alors n’estant point divertie,Se donne toute en proie aux pensers enragez. Autre-fois mes travaux tu rendois soulagez,Et ma jeune fureur sous ton ombre amortie ;Mais, hélas ! ta faveur s’est de moy departie,Je sens tous tes pavots en […]

Misérables travaux, vagabonde pensée

Misérables travaux, vagabonde pensée,Soucis continuels, espoirs faux et soudains,Feintes affections, véritables dédains,Mémoire qu’une absence a bientôt effacée, Vraie et parfaite amour d’oubli récompensée,Aventureux désirs, mais follement hautains,Et vous de ma douleur messagers trop certains,Soupirs, qui donnez air à mon âme oppressée, Quoi ? ces vivantes morts, ces durables ennuis,Ces jours noirs et troublés, ces languissantes […]

Marchands, qui recherchez tout le rivage more

Marchands, qui recherchez tout le rivage moreDu froid Septentrion et qui, sans reposer,À cent mille dangers vous allez exposerPour un gain incertain, qui vos esprits dévore, Venez seulement voir la beauté que j’adore,Et par quelle richesse elle a su m’attiser :Et je suis sûr qu’après, vous ne pourrez priserLe plus rare trésor dont l’Afrique se […]

Ma nef passe au destroit d’une mer couroucée

Ma nef passe au destroit d’une mer couroucée,Toute comble d’oubly, l’hiver à la minuict ;Un aveugle, un enfant, sans soucy la conduit,Desireux de la voir sous les eaux renversée. Elle a pour chaque rame une longue penséeCoupant, au lieu de l’eau, l’espérance qui fuit ;Les vents de mes soupirs, effroyables de bruit,Ont arraché la voile […]

Le tens leger s’enfuit sans m’en apercevoir

Le tens leger s’enfuit sans m’en apercevoir,Quand celle à qui je suis mes angoisses console :Il n’est vieil, n’y boiteux, c’est un enfant qui vole,Au moins quand quelque bien vient mon mal deçevoir. À peine ai-je loisir seulement de la voirEt de ravir mon ame en sa douce parole,Que la nuict à grands pas se […]

Las ! que me sert de voir ces belles plaines

Las ! que me sert de voir ces belles plaines,Pleines de fruits, d’arbrisseaux et de fleurs ;De voir ces prés bigarrés de couleurs,Et l’argent vif des bruyantes fontaines ? C’est autant d’eau pour reverdir mes peines,D’huile à ma braise, à mes larmes d’humeurs,Ne voyant point celle pour qui je meurs,Cent fois le jour, de cent […]

Las ! je ne verray plus ces soleils gracieux

Las ! je ne verray plus ces soleils gracieux,Qui servoient de lumiere à mon ame egarée !Leur divine clairté s’est de moy retiréeEt me laisse esperdu, dolent et soucieux. C’est en vain désormais, ô grand flambeau des cieux !Que tu sors au matin de la plaine azurée,Ma nuict dure tousjours, et la tresse dorée,Qui sert […]

L’âpre fureur de mon mal véhément

L’âpre fureur de mon mal véhémentSi hors de moi m’étrange et me retireQue je ne sais si c’est moi qui soupire,Ni sous quel ciel m’a jeté mon tourment. Suis-je mort ? Non, j’ai trop de sentiment,Je suis trop vif et passible au martyre.Suis-je vivant ? Las ! je ne le puis dire,Loin de vos yeux […]

Je ressemble en aimant au valeureux Persée

Je ressemble en aimant au valeureux PerséeQue sa belle entreprise a fait si glorieux,Ayant d’un vol nouveau pris la route des dieux,Et sur tous les mortels sa poursuite haussée. Emporté tout ainsi de ma haute penséeJe vole aventureux aux soleils de vos yeux,Et vois mille beautés qui m’élèvent aux cieuxEt me font oublier toute peine […]

Je ne refuse point qu’en si belle jeunesse

Je ne refuse point qu’en si belle jeunesseDe mille et mille amants vous soyez la maîtresse,Que vous n’aimiez partout, et que, sans perdre temps,Des plus douces faveurs ne les rendiez contents :La beauté florissante est trop soudain séchéePour s’en ôter l’usage, et la tenir cachée.Mais je crève de rage et supporte au-dedansDes glaçons trop serrés […]

Je l’aimais par dessein la connaissant volage

Je l’aimais par dessein la connaissant volage,Pour retirer mon coeur d’un lien fort dangereux,Aussi que je voulais n’être plus amoureuxEn lieu que le profit n’avançât le dommage. Je durais quatre mois avec grand avantage,Goûtant tous les plaisirs d’un amant bienheureux,Mais en ces plus beaux jours, ô destins rigoureux,Le devoir me força de faire un long […]

Je crois que tout mon lit de chardons est semé !

Je crois que tout mon lit de chardons est semé !Qu’il est rude et malfait. Hé ! Dieu suis-je si tendreQue je n’y puis durer ? je ne fais que m’étendre,Et ne sens point venir le Somme accoutumé. Il est après mi-nuit, je n’ai pas l’oeil fermé,Et mes membres lassés repos ne peuvent prendre.Sus Phebus, […]

J’ai longtemps voyagé, courant toujours fortune

J’ai longtemps voyagé, courant toujours fortuneSur une mer de pleurs, à l’abandon des flotsDe mille ardents soupirs et de mille sanglots,Demeurant quinze mois sans voir soleil ni lune. Je réclamais en vain la faveur de NeptuneEt des astres jumeaux, sourds à tous mes propos,Car les vents dépités, combattant sans repos,Avaient juré ma mort sans espérance […]

J’ai dit à mon désir : pense à te bien guider

J’ai dit à mon désir : pense à te bien guider,Rien trop bas, ou trop haut, ne te fasse distraire.Il ne m’écouta point, mais jeune et volontaire,Par un nouveau sentier se voulut hasarder. Je vis le ciel sur lui mille orages darder,Je le vis traversé de flamme ardente et claire,Se plaindre en trébuchant de son […]

Icare est chu ici, le jeune audacieux

Icare est chu ici, le jeune audacieux,Qui pour voler au Ciel eut assez de courage :Ici tomba son corps degarni de plumage,Laissant tous braves coeurs de sa chute envieux. Ô bienheureux travail d’un esprit glorieux,Qui tire un si grand gain d’un si petit dommage !Ô bienheureux malheur, plein de tant d’avantageQu’il rende le vaincu des […]

Hélas ! si tu prens garde aux erreurs que j’ay faites

Hélas ! si tu prens garde aux erreurs que j’ay faites,Je l’advouë, ô Seigneur ! mon martyre est bien doux :Mais, si le sang de Christ a satisfait pour nous,Tu decoches sur moi trop d’ardentes sagettes. Que me demandes-tu ? mes oeuvres imparfaites,Au lieu de t’adoucir, aigriront ton courroux ;Soy-moy donc pitoyable, ô Dieu ! […]

Epouvantable Nuit, qui tes cheveux noircis

Epouvantable Nuit, qui tes cheveux noircisCouvres du voile obscur des ténèbres humidesEt des antres sortant par tes couleurs livides,De ce grand Univers les beautés obscurcis. Las ! si tous les travaux par toi sont adoucis,Au ciel, en terre, en l’air, sous les marbres liquides,Or que dedans ton char le silence tu guides,Un de tes cours […]

Epigramme

Je t’apporte, ô sommeil, du vin de quatre annéesDu lait, des pavots noirs aux têtes couronnées ;Veuille tes ailerons en ce lieu déployer,Tant qu’Alison, la vieille accroupie au foyer,Qui d’un pouce retors et d’une dent mouillée,Sa quenouille chargée a quasi dépouillée,Laisse choir le fuseau, cesse de babiller,Et de toute la nuit ne se puisse éveiller […]

Enfin, l’Amour cruel à tel point m’a rangé

Enfin, l’Amour cruel à tel point m’a rangéQue ma triste dépouille en cendre est convertie,Et votre cruauté ne s’est onc amortie,Que mon coeur par le feu n’ait été saccagé. Au moins pour le loyer de m’avoir outragé,Faites ainsi que fit la reine de Carie,Non par amour comme elle, ains pleine de furie,Buvez le peu de […]

Enfin les dieux bénins ont exaucé mes cris

Enfin les dieux bénins ont exaucé mes cris !La beauté qui me blesse, et qui tient mes espritsEn langueur continue,Languit dedans un lit d’un mal plein de rigueur,Son beau teint devient pâle, et sa jeune vigueurPeu à peu diminue. Plus grand heur en ce temps ne pouvait m’advenir,Une heure en son logis on ne l’eût […]

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma placeMon coeur qui, comme moi, point ne vous laissera.Plus tôt d’un trait doré Vénus vous blessera,Plus tôt de vos rigueurs s’amollira la glace ! Ne vous attendez pas qu’aucun malheur le chasse,Car, auprès de vos yeux, rien ne l’offensera,Vu que, même en brûlant, assez fier il seraQu’autre […]

Elle pleurait, toute pâle de crainte

Elle pleurait, toute pâle de crainte,Lors que la Mort sa moitié menaçait,Et tellement l’air de cris remplissaitQue la Mort même à pleurer eut contrainte. Hélas ! mon Dieu, que sa grâce était sainte !Que beau son teint, qui les lys effaçait !Le trait d’Amour cependant me blessait,Et dans mon âme engravait sa complainte. L’air en […]

Durant les grand’s chaleurs, j’ai vu cent mille fois

Durant les grand’s chaleurs, j’ai vu cent mille foisQu’en voyant un éclair flamboyer en la nue,Soudain comme transie et morte devenue,Tu perdais tout à coup la parole et la voix. De pouls ni de couleur tant soit peu tu n’avais,Et bien que de l’effroi tu fusses revenue,Si n’osais-tu pourtant dresser en haut la vue,Voire, un […]

D’une fontaine

Cette fontaine est froide, et son eau doux-coulante,A la couleur d’argent, semble parler d’Amour ;Un herbage mollet reverdit tout autour,Et les aunes font ombre à la chaleur brûlante. Le fueillage obeyt à Zephyr qui l’évante,Souspirant, amoureux, en ce plaisant séjour ;Le soleil clair de flame est au milieu du jour,Et la terre se fend de […]

Douce Liberté désirée

Douce Liberté désirée,Déesse, où t’es-tu retirée,Me laissant en captivité ?Hélas! de moi ne te détourne !Retourne, ô Liberté ! retourne,Retourne, ô douce Liberté. Ton départ m’a trop fait connaîtreLe bonheur où je soulais être,Quand, douce, tu m’allais guidant :Et que, sans languir davantage,Je devais, si j’eusse été sage,Perdre la vie en te perdant. Depuis que […]

De mes ans la fleur se déteint

De mes ans la fleur se déteint,J’ai l’oeil cave et pâle le teint,Ma prunelle est toute éblouie,De gris-blanc ma tête se peint,Et n’ai plus si bonne l’ouïe. Ma vigueur peu à peu se fond,Maint sillon replisse mon front,Le sang ne bout plus dans mes veines,Comme un trait mes beaux jours s’en vont,Me laissant faible entre […]

Contre une nuit trop claire

Ô Nuit ! jalouse Nuit, contre moi conjurée,Qui renflammes le ciel de nouvelle clarté,T’ai-je donc aujourd’hui tant de fois désiréePour être si contraire à ma félicité ? Pauvre moi ! je pensais qu’à ta brune rencontreLes cieux d’un noir bandeau dussent être voilesMais, comme un jour d’été, claire tu fais ta montre,Semant parmi le ciel […]

Chaste soeur d’Apollon dont je suis éclairé

Chaste soeur d’Apollon dont je suis éclairéLe jour comme la nuit, déité redoutableQue la force d’Amour a connue indomptable,Amour des autres dieux tant craint et révéré, Vois ce pauvre Actéon sans pitié dévoréPar ses propres pensers d’une rage incroyable,Pour avoir offensé d’erreur trop excusable,Si le feu de ta haine était plus modéré. Il fut audacieux, […]

Chanson

Las ! que nous sommes misérablesD’estre serves dessous les loixDes hommes legers et muablesPlus que le feuillage des bois ! Les pensers des hommes ressemblentA l’air, aux vens et aux saisons,Et aux girouettes qui tremblentInconstamment sur les maisons. Leur amour est ferme et constanteComme la mer grosse de flots,Qui bruit, qui court, qui se tourmente,Et […]

Ceux qui liront ces vers qu’en pleurant j’ay chantez

Ceux qui liront ces vers qu’en pleurant j’ay chantez,Non pour gloire ou plaisir, ains forcé du martire,Voyans par quels destroits Amour m’a sçeu conduire,Sages à mes dépens, fuiront ses cruautez. Quels esprits malheureux, nuict et jour tourmentez,Souffrent un mal si grand que le mien ne soit pire ?Il ne se peut penser, comment le veux-je […]

C’était un jour d’été de rayons éclairci

C’était un jour d’été de rayons éclairci,J’en ai toujours au coeur la souvenance empreinte,Quand le ciel nous lia d’une si ferme étreinteQue la mort ne saurait nous séparer d’ainsi. L’an était en sa force et notre amour aussi,Nous faisions l’un à l’autre une aimable complainte,J’étais jaloux de vous, de moi vous aviez crainte,Mais rien qu’affection […]

Cependant que l’honnêteté

Cependant que l’honnêtetéRetenait ta jeune beautéEmpreinte au plus vif de mon âme,Quand je sentais brûler mon coeur,Je me plaisais en ma langueur,Et nommais heureuse ma flamme. Les filets de tes blonds cheveux,Primes, frisés, retors en noeuds,De cent mille façons nouvellesSerraient tellement mes espritsQue jamais je n’eusse entreprisDe rompre des chaînes si belles ! Ton oeil […]

Celui qui n’a point vu le printemps gracieux

Celui qui n’a point vu le printemps gracieuxQuand il étale au ciel sa richesse prisée,Remplissant l’air d’odeurs, les herbes de rosée,Les coeurs d’affections, et de larmes les yeux : Celui qui n’a point vu par un temps furieuxLa tourmente cesser et la mer apaisée,Et qui ne sait quand l’âme est du corps diviséeComme on peut […]

Celui que l’Amour range à son commandement

Celui que l’Amour range à son commandementChange de jour en jour de façon différente.Hélas ! j’en ai bien fait mainte preuve apparente,Ayant été par lui changé diversement. Je me suis vu muer, pour le commencement,En cerf qui porte au flanc une flèche sanglante,Depuis je devins cygne, et d’une voix dolenteJe présageais ma mort, me plaignant […]

Blessé d’une plaie inhumaine

Blessé d’une plaie inhumaine,Loin de tout espoir de secours,Je m’avance à ma mort prochaine,Plus chargé d’ennuis que de jours. Celle qui me brûle en sa glace,Mon doux fiel, mon mal et mon bien,Voyant ma mort peinte en ma face,Feint hélas ! n’y connaître rien. Comme un roc à l’onde marineElle est dure aux flots de […]

Autour des corps, qu’une mort avancée

Autour des corps, qu’une mort avancéePar violance a privez d’un beau jour,Les ombres vont, et font maint et maint tour,Aimans encor leur dépoüille laissée. Au lieu cruel, où j’eu l’ame blesséeEt fu meurtri par les flèches d’Amour,J’erre, je tourne et retourne à l’entour,Ombre maudite, errante et dechassée. Legers esprits, plus que moy fortunez,Comme il vous […]

Arrête un peu, mon Coeur, où vas-tu si courant ?

Arrête un peu, mon Coeur, où vas-tu si courant ?– Je vais trouver les yeux qui sain me peuvent rendre.– Je te prie, attends-moi. – Je ne te puis attendre,Je suis pressé du feu qui me va dévorant. – Il faut bien, ô mon coeur ! que tu sois ignorant,De ne pouvoir encor ta misère […]

Amour, tu es aveugle et d’esprit et de vue

Amour, tu es aveugle et d’esprit et de vue,De ne voir pas comment ta force diminue,Ton empire se perd, tu révoltes les tiens,Faute de ne chasser une infernale pesteQui fait que tout le monde à bon droit te déteste,Pour ne pouvoir jouir sûrement de tes biens. C’est de ton doux repos la mortelle ennemie,C’est une […]

Amour en même instant m’aiguillonne et m’arrête

Amour en même instant m’aiguillonne et m’arrête,M’assure et me fait peur, m’ard et me va glaçant,Me pourchasse et me fuit, me rend faible et puissant,Me fait victorieux et marche sur ma tête. Ores bas, ores haut, jouet de la tempête,Il va comme il lui plait mon navire élançant :Je pense être échappé quand je suis […]

A pas lents et tardifs tout seul je me promène

A pas lents et tardifs tout seul je me promèneEt mesure en rêvant les plus sauvages lieux ;Et pour n’être aperçu, je choisis de mes yeuxLes endroits non frayés d’aucune trace humaine. Je n’ai que ce rempart pour défendre ma peine,Et cacher mon désir aux esprits curieuxQui, voyant par dehors mes soupirs furieux,Jugent combien dedans […]

A Jeanne, princesse de Navarre

Un jour de mai , que l’aube retournéeRafraischissoit la claire matinée,Afin d’un peu récrier mes esprits,Au grand verger, tout le long du pourpris,Me promenois par l’herbe fraische et drue,Là, où je vis la rosée épandue,Et sur les choux ses rondelettes gantesCourir, couler, pour s’entrebaiser toutes :Le rossignol, ainsi qu’une buccine,Par son doux chant, faisait au […]

De l’Humilité

[…] L’eau sortant des canaux s’égaye en ces prés verts,Comme marche un captif déchargé de ses fers.Elle était dans sa gêne et morne et languissante :Libre elle est babillarde, active et bondissante.Elle aime mieux, folâtre et toujours serpentant,Par ces chemins tortus courir en s’ébattant ;Elle aime mieux baiser et ces fleurs et ces herbesQu’un balustre […]

De la Mansuétude

Que j’aime la nuit fraîche et ses lumières sombres,Lorsque l’astre des mois en adoucit les ombres !Que ce palais pompeux me parait bien plus beauQuand il n’est éclairé que du second flambeau,Dont la douce clarté d’autres grâces apporte,Réchauffant les reliefs par une ombre plus forte.Sous la corniche aiguë, une longue noirceurSur le mur qui la […]

De la Charité

Que les jours sont charmants, quand les volantes nuesÉtendent sur nos chefs leurs ombres continues,Et cachant du soleil la trop grande splendeur,Tempèrent sa lumière et domptent son ardeur !Sans attendre du soir l’heure moins éclairée,Je puis abandonner la demeure dorée ;Et dans un air plus libre, un lieu moins fréquentéPeut donner aux pensers une ample […]

Entre deux draps

Entre deux draps de toile belle et bonne,Que très souvent on rechange, on savonne,La jeune Iris, au coeur sincère et haut,Aux yeux brillants, à l’esprit sans défaut,Jusqu’à midi volontiers se mitonne. Je ne combats de goûts contre personne,Mais franchement sa paresse m’étonne ;C’est demeurer seule plus qu’il ne fautEntre deux draps. Quand à rêver ainsi […]

Ballade

À caution tous amants sont sujets :Cette maxime en ma tête est écrite.Point n’ai de foi pour leurs tourments secrets ;Point auprès d’eux n’ai besoin d’eau bénite,Dans coeur humain probité plus n’habiteTrop bien encore a-t-on les mêmes ditsQu’avant qu’astuce au inonde fût venue ;Mais, pour d’effets, la mode en est perdue :On n’aime plus comme […]

Le tabac

Ode Des ennuis accablants, de la morne tristesse,Ô tabac, l’unique enchanteur !Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,Ô tabac, la source et l’auteur ! Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,Dans les chagrins il est plongé :De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,S’il n’était par toi soulagé. En diverses façons on connaît ton […]

La fille du serrurier et son frère

Fable Fille d’un pauvre serrurier,La blanchisseuse Colinette,Jeune, à la taille fine, et toujours propre et nette,Sut donner droit au coeur d’un opulent fermier.Au bout de quelques mois elle alla chez son père,Couverte de damas, galon sur le soulier,Et magnifique en tablier.“Ah ! dit-elle, en voyant son frère,Mon Dieu ! que Jeannot est crasseux !Je le […]

Aux mânes de Joseph Delorme

J’ai beau me rappeler… Joseph Delorme… non ;Nul écho dans mon coeur ne s’éveille à ce nom.Joseph !… Lisons toujours. – Ah ! jeune aiglon sauvage,Cygne plaintif, amour des eaux et du rivage,Pour souffrir et chanter, sur la terre venu,Tu meurs enfin… pourquoi ne t’ai-je pas connu ?Car je les connais tous ceux qui seront […]

Veillée

Quand ma lampe est éteinte, et que pas une étoileNe scintille en hiver aux vitres des maisons,Quand plus rien ne s’allume aux sombres horizons,Et que la lune marche à travers un long voile,Ô vierge ! ô ma lumière ! En regardant les cieux,Mon coeur qui croit en vous voit rayonner vos yeux. Non ! Tout […]

Une ruelle de Flandre

À Madame Desloges, née Leurs Dans l’enclos d’un jardin gardé par l’innocenceJ’ai vu naître vos fleurs avant votre naissance,Beau jardin, si rempli d’oeillets et de lilasQue de le regarder on n’était jamais las. En me haussant au mur dans les bras de mon frèreQue de fois j’ai passé mes bras par la barrièrePour atteindre un […]

Une lettre de femme

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;J’écris pourtant,Afin que dans mon coeur au loin tu puisses lireComme en partant. Je ne tracerai rien qui ne soit dans toi-mêmeBeaucoup plus beau :Mais le mot cent fois dit, venant de ce qu’on aime,Semble nouveau. Qu’il te porte au bonheur ! Moi, je reste à […]

Un moment

Un moment suffira pour payer une année ;Le regret plus longtemps ne peut nourrir mon sort.Quoi ! L’amour n’a-t-il pas une heure fortunéePour celle dont, peut-être, il avance la mort ? Une heure, une heure, amour ! Une heure sans alarmes,Avec lui, loin du monde ! Après ce long tourment,Laisse encor se mêler nos regards […]

Un cri

Hirondelle ! hirondelle ! hirondelle !Est-il au monde un coeur fidèle ?Ah ! s’il en est un, dis-le moi,J’irai le chercher avec toi. Sous le soleil ou le nuage,Guidée à ton vol qui fend l’air,Je te suivrai dans le voyageRapide et haut comme l’éclair.Hirondelle ! hirondelle ! hirondelle !Est-il au monde un coeur fidèle ?Ah […]

Un billet de femme

Puisque c’est toi qui veux nouer encoreNotre lien,Puisque c’est toi dont le regret m’implore,Ecoute bien : Les longs serments, rêves trempés de charmes,Ecrits et lus,Comme Dieu veut qu’ils soient payés de larmes,N’en écris plus ! Puisque la plaine après l’ombre ou l’orageRit au soleil,Séchons nos yeux et reprenons courage,Le front vermeil. Ta voix, c’est vrai […]

Un arc de triomphe

Tout ce qu’ont dit les hirondellesSur ce colossal bâtiment,C’est que c’était à cause d’ellesQu’on élevait un monument. Leur nid s’y pose si tranquille,Si près des grands chemins du jour,Qu’elles ont pris ce champ d’asilePour causer d’affaire, ou d’amour. En hâte, à la géante porte,Parmi tous ces morts triomphants,Sans façon l’hirondelle apporteUn grain de chanvre à […]

Tu n’auras pas semé…

Tu n’auras pas semé ta couronne étoiléeSur le miroir tari du ruisseau de tes jours.Toute pleine de jours, toi, tu t’en es alléeEt ton frais souvenir en scintille toujours.

Trop tard

Il a parlé. Prévoyante ou légère,Sa voix cruelle et qui m’était si chèreA dit ces mots qui m’atteignaient tout bas :“Vous qui savez aimer, ne m’aimez pas ! “Ne m’aimez pas si vous êtes sensible,“Jamais sur moi n’a plané le bonheur.“Je suis bizarre et peut-être inflexible ;“L’amour veut trop : l’amour veut tout un coeur“Je […]

Tristesse…

Au docteur Veyne. Si je pouvais trouver un éternel sourire,Voile innocent d’un coeur qui s’ouvre et se déchire,Je l’étendrais toujours sur mes pleurs mal cachésEt qui tombent souvent par leur poids épanchés. Renfermée à jamais dans mon âme abattue,Je dirais : ” Ce n’est rien ” à tout ce qui me tue ;Et mon front […]

Toi qui m’a tout repris…

Toi qui m’as tout repris jusqu’au bonheur d’attendre,Tu m’as laissé pourtant l’aliment d’un coeur tendre,L’amour ! Et ma mémoire où se nourrit l’amour.Je lui dois le passé ; c’est presque ton retour !C’est là que tu m’entends, c’est là que je t’adore,C’est là que sans fierté je me révèle encore.Ma vie est dans ce rêve […]

Toi !

De Thomas Moore. Du frais matin la brillante lumière,L’ardent midi, l’adieu touchant du jour,La nuit qui vient plus douce à ma paupièrePâle et sans bruit rêver avec l’amour,Le temps jaloux qui trompe et qui dévore,L’oiseau captif qui languit près de moi,Tout ce qui passe, et qu’à peine je voi,Me trouve seul… seul ! Mais vivant […]

Son retour

Hélas ! Je devrais le haïr !Il m’a rendu le mal de l’âme,Ce mal plein de pleurs et de flamme,Si triste, si lent à guérir !Hélas ! Je devrais le haïr.Il m’a rapporté ce tourmentQu’avait assoupi son absence :Dans le charme de sa présence,Dans mon nom, qu’il dit tristement,Il m’a rapporté ce tourment. Dans le […]

Son image

Elle avait fui de mon âme offensée ;Bien loin de moi je crus l’avoir chassée :Toute tremblante, un jour, elle arriva,Sa douce image, et dans mon coeur rentra :Point n’eus le temps de me mettre en colère ;Point ne savais ce qu’elle voulait faire ;Un peu trop tard mon coeur le devina. Sans prévenir, elle […]

Solitude

Abîme à franchir seule, où personne, oh ! PersonneNe touchera ma main froide à tous après toi ;Seulement à ma porte, où quelquefois Dieu sonne,Le pauvre verra, lui, que je suis encor moi,Si je vis ! Puis, un soir, ton essor plus paisibleS’abattra sur mon coeur immobile, briséPar toi, mais tiède encor d’avoir été sensibleEt […]

Soir d’été

Le soleil brûlait l’ombre, et la terre altéréeAu crépuscule errant demandait un peu d’eau ;Chaque fleur de sa tête inclinait le fardeauSur la montagne encor dorée. Tandis que l’astre en feu descend et va s’asseoirAu fond de sa rouge lumière,Dans les arbres mouvants frissonne la prière,Et dans les nids : ” Bonsoir ! Bonsoir ! […]

Simple histoire

Tu m’as connue au temps des roses,Quand les colombes sont écloses ;Tes yeux alors pleins de soleilOnt brillé sur mon teint vermeil.Souriant à ma destinée,Par ta douce force entraînée,Je ne t’aimai pas à demi,Mon jeune ami, mon seul ami ! À l’étonnement de nos âmesTout jetait des fleurs et des flammes ;Une feuille, un bruit […]

S’il l’avait su !

S’il avait su quelle âme il a blessée,Larmes du coeur, s’il avait pu vous voir,Ah ! si ce coeur, trop plein de sa pensée,De l’exprimer eût gardé le pouvoir,Changer ainsi n’eût pas été possible ;Fier de nourrir l’espoir qu’il a déçu :A tant d’amour il eût été sensible,S’il avait su. S’il avait su tout ce […]

Sans l’oublier

Sans l’oublier, on peut fuir ce qu’on aime.On peut bannir son nom de ses discours,Et, de l’absence implorant le secours,Se dérober à ce maître suprême,Sans l’oublier ! Sans l’oublier, j’ai vu l’eau, dans sa course,Porter au loin la vie à d’autres fleurs ;Fuyant alors le gazon sans couleurs,J’imitai l’eau fuyant loin de la source,Sans l’oublier […]

Rêve d’une femme

Veux-tu recommencer la vie ?Femme, dont le front va pâlir,Veux-tu l’enfance, encor suivieD’anges enfants pour l’embellir ?Veux-tu les baisers de ta mèreEchauffant tes jours au berceau ?– “Quoi ? mon doux Eden éphémère ?Oh ! oui, mon Dieu ! c’était si beau !” Sous la paternelle puissanceVeux-tu reprendre un calme essor ?Et dans des parfums […]

Renoncement

Pardonnez-moi, Seigneur, mon visage attristé,Vous qui l’aviez formé de sourire et de charmes ;Mais sous le front joyeux vous aviez mis les larmes,Et de vos dons, Seigneur, ce don seul m’est resté. C’est le mois envié, c’est le meilleur peut-être :Je n’ai plus à mourir à mes liens de fleurs ;Ils vous sont tous rendus, […]

Regret

Des roses de Lormont la rose la plus belle,Georgina, près des flots nous souriait un soir :L’orage, dans la nuit, la toucha de son aile,Et l’Aurore passa triste, sans la revoir ! Pure comme une fleur, de sa fragile vieElle n’a respiré que les plus beaux printemps.On la pleure, on lui porte envie :Elle aurait […]

Regarde-le !

Regarde-le, mais pas longtemps :Un regard suffira, sois sûre,Pour lui pardonner la blessureQui fit languir mes doux printemps.Regarde-le, mais pas longtemps ! S’il parle, écoute un peu sa voix :Je ne veux pas trop t’y contraindre ;Je sais combien elle est à craindre,Ne l’entendît-on qu’une fois :S’il parle, écoute un peu sa voix ! Tais-toi, […]

Refuge

Il est du moins au-dessus de la terreUn champ d’asile où monte la douleur ;J’y vais puiser un peu d’eau salutaireQui du passé rafraîchit la couleur.Là seulement ma mère encor vivanteSans me gronder me console et m’endort ;O douce nuit, je suis votre servante :Dans votre empire on aime donc encor ! Non, tout n’est […]

Qu’en avez-vous fait ?

Vous aviez mon coeur,Moi, j’avais le vôtre :Un coeur pour un coeur ;Bonheur pour bonheur ! Le vôtre est rendu,Je n’en ai plus d’autre,Le vôtre est rendu,Le mien est perdu ! La feuille et la fleurEt le fruit lui-même,La feuille et la fleur,L’encens, la couleur : Qu’en avez-vous fait,Mon maître suprême ?Qu’en avez-vous fait,De ce […]

Quand le fil de ma vie…

Quand le fil de ma vie (hélas, il tient à peine ! )Tombera du fuseau qui le retient encor ;Quand ton nom, mêlé dans mon sort,Ne se nourrira plus de ma mourante haleine ;Quand une main fidèle aura senti ma mainSe refroidir sans lui répondre ;Quand mon dernier espoir, qu’un souffle va confondre,Ne trouvera plus […]

Prière pour lui

Dieu ! créez à sa vie un objet plein de charmes,Une voix qui réponde aux secrets de sa voix !Donnez-lui du bonheur, Dieu ! donnez-lui des larmes ;Du bonheur de le voir j’ai pleuré tant de fois ! J’ai pleuré, mais ma voix se tait devant la sienne ;Mais tout ce qu’il m’apprend, lui seul […]

Pourquoi ?

Quand vous suiviez ma trace,J’allais avoir quinze ans,Puis la fleur, puis la grâce,Puis le feu du printemps. J’étais blonde et plianteComme l’épi mouvant,Et surtout moins savanteQue le plus jeune enfant. J’avais ma douce mère,Me guidant au chemin,Attentive et sévèreQuand vous cherchiez ma main. C’est beau la jeune filleQui laisse aller son coeurDans son regard qui […]

Point d’adieu

Jeunesse, adieu ! Car j’ai beau faire,J’ai beau t’étreindre et te presser,J’ai beau gémir et t’embrasser,Nous fuyons en pays contraire. Ton souffle tiède est si charmant !On est si beau sous ta couronne !Tiens ! Ce baiser que je te donne,Laisse-le durer un moment. Ce long baiser, douce chérie,Si c’est notre adieu sans retour,Ne le […]

Plus de chants

À Madame De Simonis Enfant d’un nid loin du soleil éclos,Tombée un jour du faîte des collines,Ouvrant à Dieu mes ailes orphelines,Poussée aux vents sur la terre ou les flots,Mon coeur chantait, mais avec des sanglots. Pour louer Dieu, dès que je pus chanter,Que m’importait ma frêle voix de femme ?Tout le concert se tenait […]

Ne fuis pas encore

Tu crois, s’il fait sombre,Qu’on ne te voit pas,Non plus qu’une autre ombre,Glissant sur tes pas ?Mais l’air est sonore,Et ton pied bondit…Ne fuis pas encore :Je n’ai pas tout dit !À qui ce gant roseQui n’est pas le mien ?Quel parfum t’arrose,Qui n’est plus le tien ?Tu ris, mais prends garde,Ta lèvre pâlit…Moi je […]

Malheur à moi

Malheur à moi ! je ne sais plus lui plaire ;Je ne suis plus le charme de ses yeux ;Ma voix n’a plus l’accent qui vient des cieux,Pour attendrir sa jalouse colère ;Il ne vient plus, saisi d’un vague effroi,Me demander des serments ou des larmes :Il veille en paix, il s’endort sans alarmes :Malheur […]

Ma chambre

Ma demeure est haute,Donnant sur les cieux ;La lune en est l’hôte,Pâle et sérieux :En bas que l’on sonne,Qu’importe aujourd’huiCe n’est plus personne,Quand ce n’est plus lui ! Aux autres cachée,Je brode mes fleurs ;Sans être fâchée,Mon âme est en pleurs ;Le ciel bleu sans voiles ,Je le vois d’ici ;Je vois les étoilesMais l’orage […]

L’oreiller d’un enfant

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,Plein de plume choisie, et blanc, et fait pour moi !Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi ! Beaucoup, beaucoup d’enfants, pauvres et nus, sans mère,Sans maison, n’ont jamais d’oreiller pour dormir ;Ils ont toujours […]

Loin du monde

Entrez, mes souvenirs, ouvrez ma solitude !Le monde m’a troublée ; elle aussi me fait peur.Que d’orages encore et que d’inquiétudeAvant que son silence assoupisse mon coeur ! Je suis comme l’enfant qui cherche après sa mère,Qui crie, et qui s’arrête effrayé de sa voix.J’ai de plus que l’enfant une mémoire amère :Dans son premier […]

L’innocence

Beau fantôme de l’innocence,Vêtu de fleurs,Toi qui gardes sous ta puissanceUne âme en pleurs ! Ô toi qui devanças nos hontesEt nos revers,Es-tu si grand que tu surmontesTout l’univers ! Le reste, comme la poussière,S’est envolé,Devant le feu de ma paupièreTout s’est voilé, Tout s’est enfui, flamme et fumée,Tout est au vent ;Toi seul sur […]

L’imprudence

Comme une fleur à plaisir effeuilléePâlit, tombe et s’efface une brillante erreur.Ivre de toi, je rêvais le bonheur :Je rêvais, tu m’as éveillée. Que ce réveil va me coûter de pleurs !Dans le sein de l’amour pourrai-je les répandre ?Il m’enchaînait à toi par des liens de fleurs ;Tu me forces à les lui rendre. […]

L’impossible

Qui me rendra ces jours où la vie a des ailesEt vole, vole ainsi que l’alouette aux cieux,Lorsque tant de clarté passe devant ses yeux,Qu’elle tombe éblouie au fond des fleurs, de cellesQui parfument son nid, son âme, son sommeil,Et lustrent son plumage ardé par le soleil ! Ciel ! un de ces fils d’or […]

L’Horloge arrêtée

Horloge d’où s’élançait l’heureVibrante en passant dans l’or pur,Comme l’oiseau qui chante ou pleureDans un arbre où son nid est sûr,Ton haleine égale et sonoreDans le froid cadran ne bat plus :Tout s’éteint-il comme l’auroreDes beaux jours qu’à ton front j’ai lus ?

L’espoir

Je voudrais aimer autrement,Hélas ! Je voudrais être heureuse !Pour moi l’amour est un tourment,La tendresse m’est douloureuse.Ah ! Que je voudrais être heureuse !Que je voudrais être autrement ! Vous dites que je changerai :Comme vous je le crois possible,Mon coeur ne sera plus sensible ;Je l’espère, car je mourrai.Oui ! Si la mort […]

L’esclave et l’oiseau

Ouvre ton aile au vent, mon beau ramier sauvage,Laisse à mes doigts brisés ton anneau d’esclavage !Tu n’as que trop pleuré ton élément, l’amour ;Sois heureux comme lui : sauve-toi sans retour ! Que tu montes la nue, ou que tu rases l’onde,Souviens-toi de l’esclave en traversant le monde :L’esclave t’affranchit pour te rendre à […]

N’écris pas

N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre.Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau.J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,Et frapper à mon coeur, c’est frapper au tombeau.N’écris pas ! N’écris pas. N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.Ne demande qu’à Dieu… qu’à toi, si je t’aimais !Au fond de ton absence […]

Les roses de Saadi

J’ai voulu ce matin te rapporter des roses ;Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closesQue les noeuds trop serrés n’ont pu les contenir. Les noeuds ont éclaté. Les roses envoléesDans le vent, à la mer s’en sont toutes allées.Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir ; La vague en a paru rouge […]

Les roses

L’air était pur, la nuit régnait sans voiles ;Elle riait du dépit de l’amour :Il aime l’ombre, et le feu des étoiles,En scintillant, formait un nouveau jour. Tout s’y trompait. L’oiseau, dans le bocage,Prenait minuit pour l’heure des concerts ;Et les zéphyrs, surpris de ce ramage,Plus mollement le portaient dans les airs. Tandis qu’aux champs […]

Les éclairs

Orages de l’amour, nobles et hauts orages,Pleins de nids gémissants blessés sous les ombrages,Pleins de fleurs, pleins d’oiseaux perdus, mais dans les cieux,Qui vous perd ne voit plus, éclairs délicieux !

Les deux amitiés

Il est deux Amitiés comme il est deux Amours.L’une ressemble à l’imprudence ;Faite pour l’âge heureux dont elle a l’ignorance,C’est une enfant qui rit toujours.Bruyante, naïve, légère,Elle éclate en transports joyeux.Aux préjugés du monde indocile, étrangère,Elle confond les rangs et folâtre avec eux.L’instinct du coeur est sa science,Et son guide est la confiance.L’enfance ne sait […]

Les cloches et les larmes

Sur la terre où sonne l’heure,Tout pleure, ah ! mon Dieu ! tout pleure. L’orgue sous le sombre arceau,Le pauvre offrant sa neuvaine,Le prisonnier dans sa chaîneEt l’enfant dans son berceau ; Sur la terre où sonne l’heure,Tout pleure, ah ! mon Dieu ! tout pleure. La cloche pleure le jourQui va mourir sur l’église,Et […]

Les cloches du soir

Quand les cloches du soir, dans leur lente voléeFeront descendre l’heure au fond de la vallée,Si tu n’as pas d’amis ni d’amours près de toi,Pense à moi ! Pense à moi ! Car les cloches du soir avec leur voix sonoreA ton coeur solitaire iront parler encore,Et l’air fera vibrer ces mots autour de toi […]

L’entrevue au ruisseau

L’eau nous sépare, écoute bien :Si tu fais un pas, tu n’as rien. Voici ma plus belle ceinture,Elle embaume encor de mes fleurs.Prends les parfums et les couleurs,Prends tout… je m’en vais sans parure. L’eau nous sépare, écoute bien :Si tu fais un pas, tu n’as rien. Sais-tu pourquoi je viens moi-mêmeJeter mon ruban sur […]

L’enfant au miroir

(A Mlle Emilie Bascans) Si j’étais assez grande,Je voudrais voirL’effet de ma guirlandeDans le miroir.En montant sur la chaise,Je l’atteindrais ;Mais sans aide et sans aise,Je tomberais. La dame plus heureuse,Sans faire un pas,Sans quitter sa causeuse,De haut en bas,Dans une glace claire,Comme au hasard,Pour apprendre à se plaireJette un regard. Ah ! c’est bien […]

L’église d’Arona

On est moins seul au fond d’une église déserte :De son père inquiet c’est la porte entr’ouverte ;Lui qui bénit l’enfant, même après son départ,Lui, qui ne dit jamais : “N’entrez plus, c’est trop tard !” Moi, j’ai tardé, seigneur, j’ai fui votre colère,Comme l’enfant qui tremble à la voix de son père,Se dérobe au […]

L’églantine

Églantine ! Humble fleur, comme moi solitaire,Ne crains pas que sur toi j’ose étendre ma main.Sans en être arrachée orne un moment la terre,Et comme un doux rayon console mon chemin.Quand les tièdes zéphirs s’endorment sous l’ombrage,Quand le jour fatigué ferme ses yeux brûlants,Quand l’ombre se répand et brunit le feuillage,Par ton souffle, vers toi, […]

Le ver luisant

Juin parfumait la nuit, et la nuit transparenteN’était qu’un voile frais étendu sur les fleurs :L’insecte lumineux, comme une flamme errante,Jetait avec orgueil ses mobiles lueurs. “J’éclaire tout, dit-il, et jamais la NatureN’a versé tant d’éclat sur une créature !Tous ces vers roturiers qui rampent au grand jour,Celui qui dans la soie enveloppe sa vie,Cette […]

Le souvenir

Ô délire d’une heure auprès de lui passée,Reste dans ma pensée !Par toi tout le bonheur que m’offre l’avenirEst dans mon souvenir. Je ne m’expose plus à le voir, à l’entendre,Je n’ose plus l’attendre,Et si je puis encor supporter l’avenir,C’est par le souvenir. Le temps ne viendra pas pour guérir ma souffrance,Je n’ai plus d’espérance […]

Le soir

Seule avec toi dans ce bocage sombre ?Qu’y ferions-nous ? à peine on peut s’y voir.Nous sommes bien ! Peux-tu désirer l’ombre ?Pour se perdre des yeux c’est bien assez du soir !Auprès de toi j’adore la lumière,Et quand tes doux regards ne brillent plus sur moi,Dès que la nuit a voilé ta chaumière,Je me […]

Le secret

Dans la foule, Olivier, ne viens plus me surprendre ;Sois là, mais sans parler, tâche de me l’apprendre :Ta voix a des accents qui me font tressaillir !Ne montre pas l’amour que je ne puis te rendre,D’autres yeux que les tiens me regardent rougir. Se chercher, s’entrevoir, n’est-ce pas tout se dire ?Ne me demande […]

Le rossignol aveugle

Pauvre exilé de l’air ! Sans ailes, sans lumière,Oh ! Comme on t’a fait malheureux !Quelle ombre impénétrable inonde ta paupière !Quel deuil est étendu sur tes chants douloureux !Innocent Bélisaire ! Une empreinte brûlanteDu jour sur ta prunelle a séché les couleurs,Et ta mémoire y roule incessamment des pleurs,Et tu ne sais pourquoi Dieu […]

Le réveil

Sur ce lit de roseaux puis-je dormir encore ?Je sens l’air embaumé courir autour de toi ;Ta bouche est une fleur dont le parfum dévore :Approche, ô mon trésor, et ne brûle que moi.Éveille, éveille-toi ! Mais ce souffle d’amour, ce baiser que j’envie,Sur tes lèvres encor je n’ose le ravir ;Accordé par ton coeur, […]

Le rendez-vous

Il m’attend ! Je ne sais quelle mélancolieAu trouble de l’amour se mêle en cet instant ;Mon coeur s’est arrêté sous ma main affaiblie ;L’heure sonne au hameau ; je l’écoute… et pourtantIl m’attend ! Il m’attend ! D’où vient donc que dans ma chevelureJe ne puis enlacer les fleurs qu’il aime tant ?J’ai commencé […]

Le premier amour

Vous souvient-il de cette jeune amie,Au regard tendre, au maintien sage et doux ?À peine, hélas ! Au printemps de sa vie,Son coeur sentit qu’il était fait pour vous. Point de serment, point de vaine promesse :Si jeune encore, on ne les connaît pas ;Son âme pure aimait avec ivresseEt se livrait sans honte et […]

Le portrait

Riant portrait, tourment de mon désir,Muet amour, si loin de ton modèle !Ombre imparfaite du plaisir,Tu seras pourtant plus fidèle.De ta gaîté je me plains aujourd’hui ;Mais si jamais il cesse de m’entendre,À toi je me plaindrai de lui,Et tu me paraîtras plus tendre. Si tu n’as pas, pour aller à mon coeur,Son oeil brûlant […]

Le pardon

Je me meurs, je succombe au destin qui m’accable.De ce dernier moment veux-tu charmer l’horreur ?Viens encore une fois presser ta main coupableSur mon coeur. Quand il aura cessé de brûler et d’attendre,Tu ne sentiras pas de remords superflus ;Mais tu diras : ” Ce coeur, qui pour moi fut si tendre,N’aime plus. “ Vois […]

Le papillon malade

Apologue Las des fleurs, épuisé de ses longues amours,Un papillon dans sa vieillesse(Il avait du printemps goûté les plus beaux jours)Voyait d’un oeil chagrin la tendre hardiesseDes amants nouveau-nés, dont le rapide essorEffleurait les boutons qu’humectait la rosée.Soulevant un matin le débile ressortDe son aile à demi-brisée : ” Tout a changé, dit-il, tout se […]

Le nid solitaire

Va, mon âme, au-dessus de la foule qui passe,Ainsi qu’un libre oiseau te baigner dans l’espace.Va voir ! et ne reviens qu’après avoir touchéLe rêve… mon beau rêve à la terre caché. Moi, je veux du silence, il y va de ma vie ;Et je m’enferme où rien, plus rien ne m’a suivie ;Et de […]

Le Luxembourg

À Béranger. Jardin si beau devenu sombre,Tes fleurs attristent ma raison,Qui, semblable au ramier dans l’ombre,S’abat au toit de ta prison.Mais à rêver j’ai passé l’heure ;Vous qui nous épiez d’en bas,Ce n’est qu’un pauvre oiseau qui pleure :Sentinelle ! Ne tirez pas ! Au pied des barreaux formidablesQui voilent des parents perdus,Comme en des […]

Le grillon

Triste à ma cellule,Quand la nuit s’abat,Je n’ai de penduleQue mon coeur qui bat ;Si l’ombre changeanteNoircit mon séjour,Quelque atome chante,Qui m’apprend le jour. Dans ma cheminée,Un grillon ferventFaisant sa tournéeJette un cri vivant :C’est à moi qu’il livreSon fin carillon,Tout charmé de vivreEt d’être grillon. La bonté du maîtreSe glisse en tout lieu ;Son […]

Le dernier rendez-vous

Mon seul amour ! embrasse-moi.Si la mort me veut avant toi,Je bénis Dieu ; tu m’as aimée !Ce doux hymen eut peu d’instants :Tu vois ; les fleurs n’ont qu’un printemps,Et la rose meurt embaumée.Mais quand, sous tes pieds renfermée,Tu viendras me parler tout bas,Crains-tu que je n’entende pas ? Je t’entendrai, mon seul amour […]

Le coucher d’un petit garçon

Couchez-vous, petit Paul ! Il pleut. C’est nuit : c’est l’heure.Les loups sont au rempart. Le chien vient d’aboyer.La cloche a dit : “Dormez !” et l’ange gardien pleure,Quand les enfants si tard font du bruit au foyer. “Je ne veux pas toujours aller dormir ; et j’aimeA faire étinceler mon sabre au feu du […]

Le bouquet sous la croix

D’où vient-il ce bouquet oublié sur la pierre ?Dans l’ombre, humide encor de rosée, ou de pleurs,Ce soir, est-il tombé des mains de la prière ?Un enfant du village a-t-il perdu ces fleurs ? Ce soir, fut-il laissé par quelque âme pensiveSous la croix où s’arrête un pauvre voyageur ?Est-ce d’un fils errant la mémoire […]

Le beau jour

J’eus en ma vie un si beau jour,Qu’il éclaire encore mon âme.Sur mes nuits il répand sa flamme ;Il était tout brillant d’amour,Ce jour plus beau qu’un autre jour ;Partout, je lui donne un sourire,Mêlé de joie et de langueur ;C’est encor lui que je respire,C’est l’air pur qui nourrit mon coeur. Ah ! que […]

L’attente

Quand je ne te vois pas, le temps m’accable, et l’heureA je ne sais quel poids impossible à porter :Je sens languir mon coeur, qui cherche à me quitter ;Et ma tête se penche, et je souffre et je pleure. Quand ta voix saisissante atteint mon souvenir,Je tressaille, j’écoute… et j’espère immobile ;Et l’on dirait […]

L’Amour

Vous demandez si l’amour rend heureuse ;Il le promet, croyez-le, fût-ce un jour.Ah ! pour un jour d’existence amoureuse,Qui ne mourrait ? la vie est dans l’amour. Quand je vivais tendre et craintive amante,Avec ses feux je peignais ses douleurs :Sur son portrait j’ai versé tant de pleurs,Que cette image en paraît moins charmante. Si […]

L’ami d’enfance

Un ami me parlait et me regardait vivre :Alors, c’était mourir… mon jeune âge était ivreDe l’orage enfermé dont la foudre est au coeur ;Et cet ami riait, car il était moqueur.Il n’avait pas d’aimer la funeste science.Son seul orage à lui, c’était l’impatience.Léger comme l’oiseau qui siffle avant d’aimer,Disant : ” Tout feu s’éteint, […]

L’âme errante

Je suis la prière qui passeSur la terre où rien n’est à moi ;Je suis le ramier dans l’espace,Amour, où je cherche après toi.Effleurant la route féconde,Glanant la vie à chaque lieu,J’ai touché les deux flancs du monde,Suspendue au souffle de Dieu. Ce souffle épura la tendresseQui coulait de mon chant plaintifEt répandit sa sainte […]

Laisse-nous pleurer

Toi qui ris de nos coeurs prompts à se déchirer,Rends-nous notre ignorance, ou laisse-nous pleurer !Promets-nous à jamais le soleil, la nuit même,Oui, la nuit à jamais, promets-la-moi ! Je l’aime,Avec ses astres blancs, ses flambeaux, ses sommeils,Son rêve errant toujours et toujours ses réveils,Et toujours, pour calmer la brûlante insomnie,D’un monde où rien ne […]

La voix d’un ami

Si tu n’as pas perdu cette voix grave et tendreQui promenait mon âme au chemin des éclairsOu s’écoulait limpide avec les ruisseaux clairs,Eveille un peu ta voix que je voudrais entendre. Elle manque à ma peine, elle aiderait mes jours.Dans leurs cent mille voix je ne l’ai pas trouvée.Pareille à l’espérance en d’autres temps rêvée,Ta […]

La sincère

Veux-tu l’acheter ?Mon coeur est à vendre.Veux-tu l’acheter,Sans nous disputer ? Dieu l’a fait d’aimant ;Tu le feras tendre ;Dieu l’a fait d’aimantPour un seul amant ! Moi, j’en fais le prix ;Veux-tu le connaître ?Moi, j’en fais le prix ;N’en sois pas surpris. As-tu tout le tien ?Donne ! et sois mon maître.As-tu tout […]

La rose flamande

C’est là que j’ai vu Rose Dassonville,Ce mouvant miroir d’une rose au vent.Quand ses doux printemps erraient par la ville,Ils embaumaient l’air libre et triomphant. Et chacun disait en perçant la foule :” Quoi ! belle à ce point ?… Je veux voir aussi… “Et l’enfant passait comme l’eau qui couleSans se demander : ” […]

La ronce

Pour me plaindre ou m’aimer je ne cherche personne ;J’ai planté l’arbre amer dont la sève empoisonne.Je savais, je devais savoir quel fruit affreuxNaît d’une ronce aride au piquant douloureux.Je saigne. Je me tais. Je regarde sans larmesDes yeux pour qui mes pleurs auraient de si doux charmes. Dans le fond de mon coeur je […]

La mère qui pleure

J’ai presque perdu la vueA suivre le jeune oiseauQui, du sommet d’un roseau,S’est élancé vers la nue. S’il ne doit plus revenir,Pourquoi m’en ressouvenir ? Bouquet vivant d’étincelles,Il descendit du soleilEblouissant mon réveilAu battement de ses ailes. S’il ne doit plus revenir,Pourquoi m’en ressouvenir ? Prompt comme un ramier sauvage,Après l’hymne du bonheur,Il s’envola de […]

La maison de ma mère

Maison de la naissance, ô nid, doux coin du monde !Ô premier univers où nos pas ont tourné !Chambre ou ciel, dont le coeur garde la mappemonde,Au fond du temps je vois ton seuil abandonné.Je m’en irais aveugle et sans guide à ta porte,Toucher le berceau nu qui daigna me nourrir.Si je deviens âgée et […]

La lune des fleurs

Nocturne Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne !Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.Des chants de l’espérance il éteint les accords,Et dans la nuit qui m’environne,Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne. Jette-moi tes présents, lune mystérieuse,De mon front qui pâlit ranime les couleurs ;J’ai perdu ma couronne et […]

La jeune fille et le ramier

Les rumeurs du jardin disent qu’il va pleuvoir ;Tout tressaille, averti de la prochaine ondée :Et toi qui ne lis plus, sur ton livre accoudée,Plains-tu l’absent aimé qui ne pourra te voir ? Là-bas, pliant son aile et mouillé sous l’ombrage,Banni de l’horizon qu’il n’atteint que des yeux,Appelant sa compagne et regardant les cieux,Un ramier, […]

La jeune châtelaine

“Je vous défends, châtelaine,De courir seule au grand bois. “M’y voici, tout hors d’haleine,Et pour la seconde fois.J’aurais manqué de courageDans ce long sentier perdu ;Mais que j’en aime l’ombrage !Mon seigneur l’a défendu. “Je vous défends, belle mie.Ce rondeau vif et moqueur. “Je n’étais pas endormieQue je le savais par coeur.Depuis ce jour je […]

La fleur d’eau

Fleur naine et bleue, et triste, où se cache un emblème,Où l’absence a souvent respiré le mot : J’aime !Où l’aile d’une fée a laissé ses couleurs,Toi, qu’on devrait nommer le colibri des fleurs,Traduis-moi : porte au loin ce que je n’ose écrire ;Console un malheureux comme eût fait mon sourire :Enlevée au ruisseau qui […]

La fidèle

Si j’étais la plus belleComme la plus fidèle,Je le serais pour toi !Si j’étais souveraine,Le roi de cette reine,Tu le serais par moi ! S’il te prenait l’envieDe demander ma viePour te faire un beau jour,Cette vie ignorée,À l’amour consacrée,Tu l’aurais, mon amour ! Et si tu disais : ” DonneBeauté, vie et couronne,Pour orner […]

La couronne effeuillée

J’irai, j’irai porter ma couronne effeuilléeAu jardin de mon père où revit toute fleur ;J’y répandrai longtemps mon âme agenouillée :Mon père a des secrets pour vaincre la douleur. J’irai, j’irai lui dire au moins avec mes larmes :” Regardez, j’ai souffert… ” Il me regardera,Et sous mes jours changés, sous mes pâleurs sans charmes,Parce […]

Jour d’Orient

Ce fut un jour pareil à ce beau jourQue, pour tout perdre, incendiait l’amour ! C’était un jour de charité divineOù dans l’air bleu l’éternité chemine ;Où dérobée à son poids étouffantLa terre joue et redevient enfant ;C’était partout comme un baiser de mère,Long rêve errant dans une heure éphémère ;Heure d’oiseaux, de parfums, de […]

Jeune homme irrité

Jeune homme irrité sur un banc d’école,Dont le coeur encor n’a chaud qu’au soleil,Vous refusez donc l’encre et la paroleÀ celles qui font le foyer vermeil ?Savant, mais aigri par vos lassitudes,Un peu furieux de nos chants d’oiseaux,Vous nous couronnez de railleurs roseaux !Vous serez plus jeune après vos études :Quand vous sourirez,Vous nous comprendrez. […]

Je ne sais plus, je ne veux plus

Je ne sais plus d’où naissait ma colère ;Il a parlé… ses torts sont disparus ;Ses yeux priaient, sa bouche voulait plaire :Où fuyais-tu, ma timide colère ?Je ne sais plus. Je ne veux plus regarder ce que j’aime ;Dès qu’il sourit tous mes pleurs sont perdus ;En vain, par force ou par douceur suprême,L’amour […]

Je l’ai promis

Tu me reprends ton amitié :Je n’ai donc plus rien dans le monde,Rien que ma tristesse profonde.N’en souffris-tu que la moitié,Toi, dans ta mobile amitié,Va ! Je plaindrai ta vie amère.Que Dieu pour l’amour de sa mère,Ou pour moi, te prenne en pitié ! On ne commande pas l’amour :Il n’obéit pas, il se donne […]

J’avais froid !

Je l’ai rêvé ? c’eût été beauDe s’appeler ta bien-aimée ;D’entrer sous ton aile enflammée,Où l’on monte par le tombeau :Il résume une vie entière,Ce rêve lu dans un regard :Je sais pourtant que ta paupièreEn troubla mes jours par hasard. Non, tu ne cherchais pas mes yeuxQuand tu leur appris la tendresse ;Ton coeur […]

Inès

Je ne dis rien de toi, toi, la plus enfermée,Toi, la plus douloureuse, et non la moins aimée !Toi, rentrée en mon sein ! je ne dis rien de toiQui soufres, qui te plains, et qui meurs avec moi ! Le sais-tu maintenant, ô jalouse adorée,Ce que je te vouais de tendresse ignorée ?Connais-tu maintenant, […]

Hiver

Non, ce n’est pas l’été, dans le jardin qui brille,Où tu t’aimes de vivre, où tu ris, coeur d’enfant !Où tu vas demander à quelque jeune fille,Son bouquet frais comme elle et que rien ne défend. Ce n’est pas aux feux blancs de l’aube qui t’éveille,Qui rouvre à ta pensée un lumineux chemin,Quand tu crois, […]

Fleur d’enfance

L’haleine d’une fleur sauvage,En passant tout près de mon coeur,Vient de m’emporter au rivage,Où naguère aussi j’étais fleur :Comme au fond d’un prisme où tout change,Où tout se relève à mes yeux,Je vois un enfant aux yeux d’ange :C’était mon petit amoureux ! Parfum de sa neuvième année,Je respire encor ton pouvoir ;Fleur à mon […]

Fierté, pardonne-moi !

Fierté, pardonne-moi !Fierté, je t’ai trahie ! …Une fois dans ma vie,Fierté, j’ai mieux aimé mon pauvre coeur que toi :Tue, ou pardonne-moi ! Sans souci, sans effroi,Comme on est dans l’enfance,J’étais là sans défense ;Rien ne gardait mon coeur, rien ne veillait sur moi :Où donc étais-tu, toi ? Fierté, pardonne-moi !Fierté, je t’ai […]

Dors-tu ?

Et toi ! dors-tu quand la nuit est si belle,Quand l’eau me cherche et me fuit comme toi ;Quand je te donne un coeur longtemps rebelle ?Dors-tu, ma vie ! ou rêves-tu de moi ? Démêles-tu, dans ton âme confuse,Les doux secrets qui brûlent entre nous ?Ces longs secrets dont l’amour nous accuse,Viens-tu les rompre […]

Dors !

L’orage de tes jours a passé sur ma vie ;J’ai plié sous ton sort, j’ai pleuré de tes pleurs ;Où ton âme a monté mon âme l’a suivie ;Pour aider tes chagrins, j’en ai fait mes douleurs. Mais, que peut l’amitié ? l’amour prend toute une âme !Je n’ai rien obtenu ; rien changé ; […]

Dernière entrevue

Attends, nous allons dire adieu :Ce mot seul désarmera Dieu. Les voilà ces feuilles brûlantesQu’échangèrent nos mains tremblantes, Où l’amour répandit par flotsSes cris, ses flammes, ses sanglots. Délivrons ces âmes confuses,Rendons l’air aux pauvres recluses. Attends, nous allons dire adieu :Ce mot seul désarmera Dieu. Voici celle qui m’a perdue…Lis ! Quand je te […]

Croyance

Souvent il m’apparut sous la forme d’un angeDont les ailes s’ouvraient,Remontant de la terre au ciel où rien ne change ;Et j’ai vu s’abaisser, pleins d’une force étrange,Ses bras qui m’attiraient. Je montais. Je sentais de ses plumes aiméesL’attrayante chaleur ;Nous nous parlions de l’âme et nos âmes charmées,Comme le souffle uni de deux fleurs […]

Crois-moi

Si ta vie obscure et charméeCoule à l’ombre de quelques fleurs,Ame orageuse mais calméeDans ce rêve pur et sans pleurs,Sur les biens que le ciel te donne,Crois-moi :Pour que le sort te les pardonne,Tais-toi ! Mais si l’amour d’une main sûreT’a frappée à ne plus guérir,Si tu languis de ta blessureJusqu’à souhaiter d’en mourir,Devant tous, […]

Cigale

“De l’ardente cigaleJ’eus le destin,Sa récolte frugaleFut mon festin.Mouillant mon seigle à peineD’un peu de lait,J’ai glané graine à graineMon chapelet. “J’ai chanté comme j’aimeRire et douleurs ;L’oiseau des bois lui-mêmeChante des pleurs ;Et la sonore flamme,Symbole errant,Prouve bien que toute âmeBrûle en pleurant. “Puisque Amour vit de charmesEt de souci,J’ai donc vécu de larmes,De […]

Aveu d’une femme

Savez-vous pourquoi, madame,Je refusais de vous voir ?J’aime ! Et je sens qu’une femmeDes femmes craint le pouvoir.Le vôtre est tout dans vos charmes,Qu’il faut, par force, adorer.L’inquiétude a des larmes :Je ne voulais pas pleurer. Quelque part que je me trouve,Mon seul ami va venir ;Je vis de ce qu’il éprouve,J’en fais tout mon […]

Avant toi

Comme le rossignol qui meurt de mélodieSouffle sur son enfant sa tendre maladie,Morte d’aimer, ma mère, à son regard d’adieu,Me raconta son âme et me souffla son Dieu.Triste de me quitter, cette mère charmante,Me léguant à regret la flamme qui tourmente,Jeune, à son jeune enfant tendit longtemps sa main,Comme pour le sauver par le même […]

Aux trois aimés

De vous gronder je n’ai plus le courage,Enfants ! ma voix s’enferme trop souvent.Vous grandissez, impatients d’orage ;Votre aile s’ouvre, émue au moindre vent.Affermissez votre raison qui chante ;Veillez sur vous comme a fait mon amour ;On peut gronder sans être bien méchante :Embrassez-moi, grondez à votre tour. Vous n’êtes plus la sauvage couvée,Assaillant l’air […]

Au livre de Léopardi

Il est de longs soupirs qui traversent les âgesPour apprendre l’amour aux âmes les plus sages.Ô sages ! De si loin que ces soupirs viendront,Leurs brûlantes douceurs un jour vous troubleront. Et s’il vous faut garder parmi vos solitudesLe calme qui préside aux sévères études,Ne risquez pas vos yeux sur les tendres éclairsDe l’orage éternel […]

Amour, divin rôdeur

Amour, divin rôdeur, glissant entre les âmes,Sans te voir de mes yeux, je reconnais tes flammes.Inquiets des lueurs qui brûlent dans les airs,Tous les regards errants sont pleins de tes éclairs… C’est lui ! Sauve qui peut ! Voici venir les larmes !…Ce n’est pas tout d’aimer, l’amour porte des armes.C’est le roi, c’est le […]

Ame et jeunesse

Puisque de l’enfance envoléeLe rêve blanc,Comme l’oiseau dans la vallée,Fuit d’un élan ; Puisque mon auteur adorableMe fait errerSur la terre où rien n’est durableQue d’espérer ; A moi jeunesse, abeille blondeAux ailes d’or !Prenez une âme, et par le monde,Prenons l’essor ; Avançons, l’une emportant l’autre,Lumière et fleur,Vous sur ma foi, moi sur la […]

Allez en paix

Allez en paix, mon cher tourment,Vous m’avez assez alarmée,Assez émue, assez charmée…Allez au loin, mon cher tourment,Hélas ! mon invisible aimant ! Votre nom seul suffira bienPour me retenir asservie ;Il est alentour de ma vieRoulé comme un ardent lien :Ce nom vous remplacera bien. Ah ! je crois que sans le savoirJ’ai fait un […]

A Rouen, rue Ancrière

Je n’ai vu qu’un regard de cette belle morteA travers le volet qui touche à votre porte,Ma soeur, et sur la vitre où passa ce regard,Ce fut l’adieu d’un ange obtenu par hasard. Et dans la rue encore on dirait, quand je passe,Que l’adieu reparaît à la claire surface. Mais il est un miroir empreint […]

A ma soeur Cécile

Cache-les dans ton coeur, toi dont le coeur pardonne,Ces bouquets imprudents qui fleurissaient en moi ;C’est toute une âme en fleur qui s’exhale vers toi ;Aux autres, je l’entr’ouvre : à toi, je te la donne.

A l’amour

Reprends de ce bouquet les trompeuses couleurs,Ces lettres qui font mon supplice,Ce portrait qui fut ton complice ;Il te ressemble, il rit, tout baigné de mes pleurs. Je te rends ce trésor funeste,Ce froid témoin de mon affreux ennui.Ton souvenir brûlant, que je déteste,Sera bientôt froid comme lui. Oh ! Reprends tout. Si ma main […]

Tableau de Paris (A cinq heures du soir)

En tous lieux, la foulePar torrents s’écoule ;L’un court, l’autre roule ;Le jour baisse et fuit ;Les affaires cessent,Les dîners se pressent,Les tables se dressent,Il est bientôt nuit. Là, je devinePoularde fineEt bécassineEt dindon truffé ;Plus loin, je humeSalé, légume,Cuits dans l’écumeD’un boeuf réchauffé. Le sec parasiteFlaire et trotte vitePartout où l’inviteL’odeur d’un repas ;Le […]

Tableau de Paris (A cinq heures du matin)

L’ombre s’évapore,Et déjà l’auroreDe ses rayons doreLes toits d’alentour ;Les lampes pâlissent,Les maisons blanchissent,Les marchés s’emplissentOn a vu le jour. De la Villette,Dans sa charrette,Suzon brouetteSes fleurs sur le quai,Et de VincenneGros Pierre amèneSes fruits que traîneUn âne efflanqué. Déjà l’épicière,Déjà la fruitière,Déjà l’écaillèreSaute en bas du litL’ouvrier travaille,L’écrivain rimailleLe fainéant bâille,Et le savant lit. […]

Les plaisirs du dimanche

Vive, vive le dimanche !Vieil enfant du CarnavalDe la gaieté la plus francheCe beau jour donne le signal. Jeunes et vieux de leur demeureS’empressent de déloger,Et le même instant sonne l’heureDe la messe et du berger. Vive, vive le dimanche !Vieil enfant du Carnaval,De la gaieté la plus francheCe beau jour donne le signal. Réunis […]

L’atelier du peintre

ouLe portrait manqué Jaloux de donner à ma belleUn duplicata de mes traits,Je demande quel est l’ApelleLe plus connu par ses portraits.C’est, me répond l’ami Dorlange,Un artiste nommé Mathieu.Il prend fort peu…Mais, ventrebleu !Quel coloris, quelle grâce, quel feu !Il vous attrape comme un ange ;Et loge près de l’Hôtel-Dieu, Vite, je cours chez mon […]

Pleurant amèrement mon douloureux servage

Pleurant amèrement mon douloureux servageQui tient mon corps mal sain, mon esprit en souci,Le coeur comblé d’amer, le visage transi,Cachant l’ombre de vie en une morte image, Je cherche vainement qui l’esprit me soulage ;Le médecin du corps, j’éprouve vain aussi,D’un front saturnien, d’un renfrogné sourcil,Je trouve tout ami en amitié volage. Voyant donc mes […]

Ô de mon bien futur le frêle fondement

Ô de mon bien futur le frêle fondement !Ô mes désirs semés en la déserte arène !Ô que j’éprouve bien mon espérance vaine !Ô combien mon tourment reçoit d’accroissement ! Ô douloureux regrets ! ô triste pensementQui avez mes deux yeux convertis en fontaine !Ô trop soudain départ ! ô cause de la peineQui me […]

Ouvrez-moi, Sincero, de vos pensers la porte

Ouvrez-moi, Sincero, de vos pensers la porte.Je désire de voir si l’amour de son traitVous engrave aussi bien dans le coeur mon portraitComme votre beau vers à mes yeux le rapporte. Je ne veux pas pourtant que hors de vous il sorte,Ni que par la faveur d’un gracieux attraitVotre coeur soit jamais d’avec le mien […]

Bouche dont la douceur m’enchante doucement

Bouche dont la douceur m’enchante doucementPar la douce faveur d’un honnête sourire,Bouche qui soupirant un amoureux martyreApaisez la douleur de mon cruel tourment ! Bouche, de tous mes maux le seul allégement,Bouche qui respirez un gracieux zéphyr(e) :Qui les plus éloquents surpassez à bien direA l’heure qu’il vous plaît de parler doctement ; Bouche pleine […]

Antithèse du somme et de la mort

Rien n’est plus différent que le somme et la mort,Combien qu’ils soient issus de même parentage ;L’un profite beaucoup, l’autre fait grand dommage,De l’un on veut l’effet, de l’autre on craint l’effort. Une morte froideur qui descend du cerveauNous cause le sommeil, une fièvre brûlante,Qui éteint les esprits par son ardeur nuisante,Nous cause le trépas […]

Sonnet

Au lecteur des ‘Nouvelles récréations et joyeux devis’. Hommes pensifs, je ne vous donne à lireCes miens devis, si vous ne contraignezLe front maintien de vos fronts rechignés ;Ici n’y a seulement que pour rire. Laissez à part votre chagrin, votre ire,Et vos discours de trop loin désignés.Une autre fois vous serez enseignés ;Je me […]

L’avarice

A Hélias Boniface, d’Avignon. Voyant l’homme avaricieux,Tant misérable et soucieux,Veiller, courir et tracasser,Pour toujours du bien amasserEt jamais n’avoir le loisirDe s’en donner à son plaisir,Sinon quand il n’a plus puissanceD’en percevoir la jouissance,Il me souvient d’une alumelle,Laquelle, étant luisante et belle,Se voulut d’un manche garnir,Afin de couteau devenir,Et, pour mieux s’emmancher de même,Tailla son […]

La devise du poète

Loisir et libertéC’est bien son seul désir ;Ce serait un plaisirPour traiter vérité.L’esprit inquiétéNe se fait que moisir ;Loisir et liberté,S’ils viennent cet été,Liberté et loisir,Ils la pourront saisirA perpétuité,Loisir et liberté.

Des Roses

Un jour de may, que l’aube retourneeRafraischissoit la claire matinee,Afin d’un peu recreer mes esprits,Au grand verger, tout le long du pourprisMe promenois par l’herbe fraische et drue,Là où je vis la rosee espandue.L’aube naissante avoit couleur vermeilleEt vous estoit aux roses tant pareilleQu’eussiez douté si la belle prenoitDes fleurs le teint, ou si elle […]

Chanson

A Claude Bectone, Dauphinoise. Si Amour n’était tant volageOu qu’on le pût voir en tel âgeQu’il sût les labeurs estimer,On pourrait bien sans mal aimer. Si Amour avait connaissanceDe son invincible puissance,Laquelle il oit tant réclamer,On pourrait bien sans mal aimer. Si Amour découvrait sa vueAussi bien qu’il fait sa chair nue,Quand contre tous se […]

Cantique de la Vierge

L’âme de moi, sous cette chair enclose,En nul vivant ores plus ne se fie :Car elle estime, honore et magnifieLe Seigneur Dieu par-dessus toute chose. Et mon esprit, pour la bonne assuranceDe voir la fin d’ennuyeuse tristesse,Se réjouit et fonde sa liesseEn Dieu, mon bien et ma sûre espérance, Qui a daigné, par douceur amoureuse,Jeter […]

A Mathieu de Quatre de la Mastre

Les aveugles et violeursPour ôter aux gens leurs douleursChantent toujours belles chansons ;Et toutefois par chants et sonsIls ne peuvent chasser les leurs. Ce qu’ils chantent en leurs malheurs,Ils aiment mieux que les couleursOu moins qu’enfants longues leçons,Les aveugles. En chantant ils pensent ailleurs,Mêmement aux biens des bailleurs,Autrement chants leurs sont tansons*,Et n’en prisent point […]

Le déconforté

Si de la mort telle était la puissanceQue du regret qui m’est venu saisi r;Ou qu’elle fût sous mon obéissancePour satisfaire à mon plus grand désir,J’eusse eu piéça de mourir le loisir.Or si la mort que j’appelle et convieMe secourir ne peut ou n’a envie,Et vivre ainsi vivre se doit nommer,Je suis vivant mais c’est […]

Epitaphe de Diane Baudoire, sa femme

Diane, en couche, se sentantDe la rude mort assaillie,Et déjà du tout lui étantLà vive parole faillieA son mari de main pâlieMontre un beau fils, produit à l’heure,Comme voulant dire: « Ne pleureAvecques l’adieu d’un baiser,Ce bel enfant qui te demeure,Sera pour ton deuil apaiser ».

A la fontaine

Fontaine, dont l’eau cristalline,D’amont le rocher tombe aval,Murmurant parmi la colline,Puis tombe paisible en son val,Où d’une trace continueTorse en serpent, se traîne et pousse,Et, à travers l’herbe menue,Passe, arrosant l’épaisse mousse,Mille et mille oiseaux qui te hantent,Le flateux bruit, le frais des eaux,Et les nymphes qui autour chantentRépondant au chant des oiseaux, L’air doux, […]

J’eusse été citoyen de quelque république

J’eusse été citoyen de quelque républiqueSonge de Pythagore, oeuvre d’un Dorien,Harmonieux état réglé par la musique,Où la loi se conforme au rythme aérien. Puis, dans une agora, j’aurais avec ivresseAdmiré longuement les poses et les sonsDe ces beaux orateurs dont la phrase caresseL’oreille inattentive aux rigides leçons, Et devant la tribune, étendu sur le stade,J’aurais […]

Sur l’affection de la vie

Mon Dieu, que la lumière est belle,Mais on n’en voit qu’une étincelle ;On n’est pas sorti du berceauQue l’on court à la sépulture :Que les froides nuits du tombeauFont d’outrages à la nature ! De toutes ces beautés célestes,Voyez les misérables restes,Dans ce lit commun des humainsOù Dieu veut que toujours on dorme,Ces beaux yeux […]

La vie est un songe

Tout n’est plein ici bas que de vaine apparence,Ce qu’on donne à sagesse est conduit par le sort,L’on monte et l’on descend avec pareil effort,Sans jamais rencontrer l’état de consistance. Que veiller et dormir ont peu de différence,Grand maître en l’art d’aimer, tu te trompes bien fortEn nommant le sommeil l’image de la mort,La vie […]

La Raison fait le malheur de l’homme

Ce n’est qu’un vent furtif que le bien de nos jours,Qu’une fumée en l’air, un songe peu durable ;Notre vie est un rien, à un point comparable,Si nous considérons ce qui dure toujours. L’homme se rend encor lui-même misérable,Ce peu de temps duquel il abrège ses joursPar mille passions, par mille vains discours,Tant la sotte […]

Entiere conoissance de la beauté, effet d’Amour

Chacun peut bien de cette autre DianeLa beauté voir jointe à la chastetéMais je suis seul qui voy la SaintetéDu clair esprit par le corps diaphane : Par ce corps là, non pas corps, mais le faneD’une nouvelle et haute deité,Fane, lequel (impie iniquité !)L’irreverente ignorance prophane. Donc moy qui suis de si belle lumiereIlluminé, […]

D’une faveur

Beauté premiere, admirable ornement,Vie, clarté, nourriture du monde,Pere Apollon, dont la sainte facondeA enyvré mon jeune entendement, Soit qu’esclairer tu voyses promtementL’autre moytié de cette terre ronde :Soit que laver veuilles ta teste blondeAu grand poly du liquide element : Tardes tes pas, et tes heures encore(Vierges qui ont l’aile au vol tousjours preste)Arreste au […]

Du pouvoir merveilleux et estrange desir de son amour

J’estois tout seul entier dans mon essence,Au paradis de l’amour de moy-mesme,Et mon esprit, en ce logis supreme,Se reposoit sus ma douce indolence : A mon resveil, je vy en ma presenceCelle moitié de mon tout, que plus j’aymeEstre sans moy, cause et principal themeDe ceste mort, que j’ay par son offense. Puis que je […]

Du nom de sa Sainte, imitation de Pétrarque

Quand à mes vers je veux matiere élireMa fantaisie au fin commencementDu nom, lequel je ly devotementDE ce saint nom me commende d’ecrire : Mais quand je vien à un peu apres lireElle me chante alors tout autrement,N’y touche pas (dit elle) follement,N’Y touche pas, ta main n’y peut suffire : Puis quand j’en veux […]

Du merveilleux effet de son amour

De moy elle a, et d’elle j’ay la vie,La vie moy ? mais, las, j’ay la mort d’elle,Qui toutesfois auray vengeance telleQue par sa mort ma mort sera suyvie : L’on diroit bien qu’elle a brulante envieDe m’estre douce, autant qu’elle est rebelle,Car si je ris, elle rit (l’infidele)Et mon pleurer à pleurer la convie […]

De ses vers, à sa Sainte

J’ay fait bataille à ton nom, de mes vers,Vers qu’Amour mesme a pour nous fait si forsQu’ilz ne craindront de la mort les efforsQuand nous serons desja fais proye aus vers : Tant que la vie ame de l’universFera tourner la rouë des sept corps,Qui l’harmonie engendrent des acorsQue font tousjours leurs mouvements divers. Le […]

De sa Sainte

Un jour ma Sainte au temple saint oroit.Au ciel estoit le bruit de son silence,Comme un Soleil reluisoit sa presence,Et tout le lieu de son ombre doroit. L’image en Croix de cil qu’elle adoroit,Signes monstroit de grand’ benivolenceSaintes et Saints luy faisoient reverence,Et tout le temple honoré l’honoroit. Ce que j’en dy n’est pas nouvelle […]

De sa juste amour et estrange peine

Je reconnois en elle mon courageCar le sien mesme estre le mien je croy.J’y reconnois de Nature la loy,Qui de nous deux n’ha fait qu’un mesme ouvrage. Je reconnois encores d’avantage :Je suis en elle, et je la sens en moy.Pour le moins donq aux signes que je voyElle est la mienne, ou moy la […]

De la persévérance de son Amour

Ce grand Amour qui au beau de ma dame,De mon esprit les yeux va conduisant,Est un Soleil, chauld, clair et reluisantC’est proprement le Soleil de mon ame, Ce beau Soleil de sa tresclaire flamme,Me fait tout voir un univers plaisant :Mais de son feu cruellement cuisant,Trop ardemment il me brule et enflamme. Car en son […]

A sa Sainte

Je fais sepulchre à ton loz de mes vers,Vers, qu’Amour mesme ha pour nous fait si fors,Qu’ilz ne craindront de la mort les effors,Quand nous serons tous deux rongez des vers : Tant que la vive ame de l’Univers,Fera tourner la roue des sept corps,Qui l’harmonie engendrent des accors,Que font tousjours leurs mouvemens divers : […]

Cantique

Ici, je ne bâtis pasD’une main industrieuse,A la ligne et au compas,Une maison somptueuse. Ici, je ne veux chanterL’orgueil de quelque édifice,Ni l’ouvrage retenterD’un ancien frontispice. Autre que moi, mieux apprisEn cette magnificence,Chante l’honneur et le prixEt la superbe excellence. D’un palais audacieuxQui lève si haut la tête,Qu’il la cache dans les cieuxPour voisiner la […]

Ô Versaille

… Ô Versaille ! ô regrets ! ô bosquets ravissans,Chefs-d’oeuvre d’un grand roi, de Le Nôtre et des ans !La hache est à vos pieds et votre heure est venue.Ces arbres dont l’orgueil s’élançait dans la nue,Frappés dans leur racine, et balançant dans l’airLeurs superbes sommets ébranlés par le fer,Tombent, et de leurs troncs jonchent […]

Les jardins

…Désirez-vous un lieu propice à vos travaux ?Loin des champs trop unis, des monts trop inégaux,J’aimerais ces hauteurs où, sans orgueil, domineSur un riche vallon une belle colline.Là, le terrain est doux sans insipidité,Élevé sans raideur, sec sans aridité.Vous marchez : l’horizon vous obéit : la terreS’élève ou redescend, s’étend ou se resserre.Vos sites, vos […]

Le doux printemps revient…

Le doux printemps revient, et ranime à la foisLes oiseaux, les zéphirs, et les fleurs, et ma voix.Pour quel sujet nouveau dois-je monter ma lyre ?Ah ! Lorsque d’un long deuil la terre enfin respire,Dans les champs, dans les bois, sur les monts d’alentour,Quand tout rit de bonheur, d’espérance et d’amour,Qu’un autre ouvre aux grands […]

Le coin du feu

Suis-je seul ? je me plais encore au coin du feu.De nourrir mon brasier mes mains se font un jeu ;J’agace mes tisons ; mon adroit artificeReconstruit de mon feu le savant édifice.J’éloigne, je rapproche, et du hêtre brûlantJe corrige le feu trop rapide ou trop lent.Chaque fois que j’ai pris mes pincettes fidèles,Partent en […]

Le café

Il est une liqueur, au poëte plus chère,Qui manquait à Virgile, et qu’adorait Voltaire ;C’est toi, divin café, dont l’aimable liqueurSans altérer la tête épanouit le coeur.Aussi, quand mon palais est émoussé par l’âge,Avec plaisir encor je goûte ton breuvage.Que j’aime à préparer ton nectar précieux !Nul n’usurpe chez moi ce soin délicieux.Sur le réchaud […]

Christophe Colomb

Eh ! qui du grand Colomb ne connaît point l’histoire,Lui dont un nouveau monde éternisa la gloire ?Illustre favori du maître du trident,L’heureux Colomb voguait sur l’abîme grondant ;Sa nef avait franchi les colonnes d’Alcide ;Les phoques, les tritons, la jeune néréide,Voyaient d’un oeil surpris ces drapeaux, ces soldats,Ces bronzes menaçants, cette forêt de mâts,Et […]

Trois jours de Christophe Colomb

“En Europe ! en Europe ! – Espérez – Plus d’espoir !– Trois jours, leur dit Colomb, et je vous donne un monde.”Et son doigt le montrait, et son oeil, pour le voir,Perçait de l’horizon l’immensité profonde.Il marche, et des trois jours le premier jour a lui ;Il marche, et l’horizon recule devant lui ;Il […]

Quand l’infidèle usait envers moi de ses charmes

Quand l’infidèle usait envers moi de ses charmes,Son traître coeur m’allait de soupirs émouvant,Sa bouche de serments, et ses deux yeux de larmes,Mais enfin ce n’étaient que des eaux, et du vent ! Elle jurait ses yeux, lumière parjurée,Et ses yeux consentaient à l’infidélité,Que notre amour serait à jamais assurée,Mais ses yeux profanés n’ont pas […]

Quand le flambeau du monde

Quand le flambeau du mondeQuitte l’autre séjour,Et sort du sein de l’ondePour rallumer le jour,Pressé de la douleur qui trouble mon repos,Devers lui je m’adresse, et lui tiens ce propos : Bel astre favorableQui luis également,Aux humains secourableFors qu’à moi seulement,Soleil qui fais tout voir, et qui vois tout aussi,Vis-tu jamais mortel si comblé de […]

Puisqu’il faut désormais que j’éteigne ma flamme

Puisqu’il faut désormais que j’éteigne ma flamme,Seul et cruel remède, avec l’eau de mes pleurs,Et que pour m’arracher les épines de l’âmeJe m’ôte aussi du coeur les roses et les fleurs, Sortez de mon esprit, pensers pleins de délices,Cher et doux entretien dont l’état est changé,Qu’un injuste mépris convertit en supplices,Je vous ouvre la porte, […]

Le Temple à l’Inconstance

Je veux bâtir un temple à l’Inconstance.Tous amoureux y viendront adorer,Et de leurs voeux jour et nuit l’honorer,Ayant leur coeur touché de repentance. De plume molle en sera l’édifice,En l’air fondé sur les ailes du vent,L’autel de paille, où je viendrai souventOffrir mon coeur par un feint sacrifice. Tout à l’entour je peindrai mainte imageD’erreur, […]

Enfin ce traître Amour qui semblait désarmé

Enfin ce traître Amour qui semblait désarméReprend force en mon coeur, et recouvre sa gloire,Je sens encore les feux dont je fus enflammé,Et si j’ai triomphé c’est avant la victoire. Ce beau soleil d’Amour pour un temps obscurci,Que les dédains couvraient comme un épais nuage,Rendant de ses rayons tout le ciel éclairci,A chassé les brouillas […]