Auguste BARBIER

L’idole

Ô Corse à cheveux plats ! que ta France était belleAu grand soleil de messidor !C’était une cavale indomptable

Lire la suite

La cuve

Il est, il est sur terre une infernale cuve,On la nomme Paris ; c’est une large étuve,Une fosse de

Lire la suite

La curée

I Oh ! lorsqu’un lourd soleil chauffait les grandes dallesDes ponts et de nos quais déserts,Que les cloches hurlaient,

Lire la suite